Source ID:490014; App Source:cedromItem
Exclusif

Les conservateurs voient le PQ majoritaire

Pauline Marois... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Pauline Marois

Photo David Boily, archives La Presse

(Ottawa) Les conservateurs de Stephen Harper tiennent maintenant pour acquis que le Parti québécois sera reporté au pouvoir aux prochaines élections au Québec et qu'il pourrait même remporter une majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

Mais ils ne croient pas qu'un gouvernement péquiste majoritaire réussira à mobiliser la population québécoise pour tenir un référendum gagnant sur la souveraineté. Les Québécois, à l'instar des Canadiens, demeurent fortement préoccupés par l'état de santé de l'économie et ils ne veulent pas revivre les vieilles chicanes constitutionnelles du passé, résume-t-on dans les rangs conservateurs.

Alors qu'un scrutin au Québec au printemps se profile à l'horizon, les stratèges conservateurs refusent de parler publiquement du scénario qui pourrait bousculer la donne politique sur la scène fédérale: l'élection d'un gouvernement péquiste majoritaire déterminé à relancer le débat référendaire.

Mais en privé, ces mêmes stratèges confirment qu'on envisage plus que jamais un tel scénario et ils conviennent que le gouvernement Harper sera contraint d'adapter sa stratégie en matière d'unité nationale.

«Pauline Marois a bien joué ses cartes jusqu'ici dans le dossier identitaire. Elle se dirige tout droit vers une victoire majoritaire», a affirmé sans équivoque une source conservatrice, qui s'exprimait à condition de ne pas être nommée.

«De plus en plus de gens se font à l'idée que le Parti québécois va remporter les prochaines élections et qu'il formera un gouvernement majoritaire», a convenu un stratège conservateur, qui a aussi requis l'anonymat.

À la recherche de conflits?

Les conservateurs se disent convaincus que le Parti québécois multipliera les prétextes pour provoquer des conflits avec le gouvernement fédéral dans l'espoir de raviver la flamme souverainiste. Ils attendent d'ailleurs le fameux rapport que prépare le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Alexandre Cloutier, sur le coût des «empiètements» du gouvernement fédéral dans les champs de compétence des provinces. Mais ils comptent bien observer la plus grande prudence dans leurs réactions, comme ils l'ont fait depuis que le Parti québécois dirige le Québec.

Mme Marois a annoncé la semaine dernière, lors d'un caucus de son parti à Shawinigan, qu'elle déposerait un livre blanc sur l'avenir politique du Québec si elle était reportée au pouvoir. Ce document permettrait de faire le bilan des «avantages et des inconvénients» de l'appartenance du Québec à la fédération canadienne. Parallèlement, elle souhaite convier la population québécoise à un nouvel exercice de consultation qui portera notamment sur l'option souverainiste.

À Ottawa, on a accueilli cette démarche en affirmant que le gouvernement Marois devrait consacrer tous ses efforts à une cause: l'économie du Québec.

«La priorité des élus québécois devrait être l'économie. Le Québec est une province pauvre à cause des politiques publiques du gouvernement du Québec. Il y a trop de gouvernement dans la vie des gens, trop de taxes, trop d'impôts, trop de réglementation, moins de liberté individuelle. Et je pense que les élus du Québec devraient travailler pour faire en sorte que les entrepreneurs puissent créer librement de la richesse», a affirmé le ministre d'État à la Petite Entreprise, Maxime Bernier, en point de presse.

«C'est malheureux de voir que ma province reçoit 55% des sommes de péréquation. [...] Je souhaite que le Québec devienne une province riche. Et ce n'est pas en ayant des priorités comme la charte [des valeurs] ou bien le référendum - que personne ne veut au Québec - qu'on va s'assurer qu'il y a des politiques publiques qui soient pro-liberté économique», a-t-il ajouté.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a soutenu qu'il n'hésitera pas à défendre le fédéralisme s'il doit y avoir un autre référendum. «J'ai vécu le premier référendum. J'étais jeune avocat en 1980, mais je me suis battu âprement pour une vision qui incluait le Québec au sein du Canada. C'est cette expérience, c'est cette vision et cet amour et du Québec et du Canada qui va m'animer dans mon travail si jamais ça vient à ça», a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer