(Québec) Face à l’absence de CDPQ Infra de l’étude des crédits pour le volet métropole mardi au parlement, le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti québécois (PQ) ont immédiatement claqué la porte, quittant la commission avec fracas.

Mis à jour le 3 mai
Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

L’étude des crédits budgétaires, un important exercice annuel de reddition de compte à Québec, est le moment pour les oppositions de questionner le gouvernement sur l’évolution des politiques publiques. Chaque ministre est alors accompagné de son équipe de sous-ministres, mais aussi de représentants d’organismes sous sa responsabilité.

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, a affirmé mardi que le gouvernement avait dit aux partis d’opposition que des représentants de CDPQ Infra, le bras de la Caisse de dépôt et placement du Québec responsable du développement et de l’exploitation du REM, allaient être présents à la commission. Leurs représentants étant absents, le critique de l’opposition officielle en matière de transports, le député libéral André Fortin, ainsi que son homologue du Parti québécois, Pascal Bérubé, ont quitté la commission.

« Chantal Rouleau a un seul mandat, c’est le transport en commun dans la grande région de Montréal. La CDPQ Infra, en matière de transport, a un seul mandat, c’est le transport en commun dans la grande région de Montréal. Ça va de soi que CDPQ Infra soit présente aux crédits de la ministre Rouleau », a affirmé M. Fortin, selon qui le gouvernement avait conclu une entente avec l’opposition à ce sujet.

« Le gouvernement a fait un choix de ne pas permettre aux porte-parole les plus aguerris en matière de transports de questionner la CDPQ Infra et Chantal Rouleau ensemble », a-t-il ajouté.

« C’est un outrage à la commission. Si on ne peut pas questionner ceux qui ont pris les décisions, pourquoi on serait là ? Je ne fais pas de la figuration au parlement. J’ai des questions à poser. C’est un manque de respect », a également dit M. Bérubé.

Les représentants de CDPQ Infra sont pourtant présents mardi au parlement à l’étude des crédits du ministre des Finances, Eric Girard, portant sur le volet spécifique de la Caisse de dépôt. Ils seront aussi présents en après-midi aux crédits du ministère des Transports avec le ministre François Bonnardel.

L’étude des crédits du volet métropole ajournée

La ministre Rouleau a par la suite choisi de poursuivre brièvement l’étude des crédits en répondant aux questions des députés représentant le gouvernement, selon le temps qui leur est imparti pour le faire. Alexandre Leduc de Québec solidaire a aussi posé des questions à la ministre. « Un député solidaire qui manque de solidarité », a critiqué Pascal Bérubé du PQ.

« Alors que la CAQ vient d’avouer son échec dans le développement du transport collectif à Montréal, j’avais le devoir comme élu de questionner la ministre Rouleau sur l’avenir du REM. Une chance que je l’ai questionné parce que j’ai réussi à savoir que la ministre veut garder une structure aérienne dans la circonscription de Bourget, alors que ça divise les gens », a plaidé M. Leduc.

Lundi, le premier ministre François Legault a annoncé avec la ministre Chantal Rouleau et la mairesse de Montréal Valérie Plante que CDPQ Infra se retirait du développement du projet de REM de l’Est, qui est désormais sous la responsabilité du gouvernement. Les oppositions ont indiqué à la commission chargée de l’étude des crédits du volet métropole qu’ils avaient préparé des questions à ce sujet pour leurs représentants, puisque leur présence avait été confirmée. Sans représentants du PLQ et du PQ, la commission a ajourné ses travaux.