(Québec) Le gouvernement Legault conclut une première entente de principe dans le cadre du renouvellement des conventions collectives de son demi-million d’employés. Il s’est entendu avec les 76 000 infirmières, inhalothérapeutes et perfusionnistes et de la Fédération interprofessionnelles de la santé du Québec (FIQ).

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Le syndicat et la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, ont confirmé la conclusion d’un accord sur les réseaux sociaux lundi. L’entente de principe concerne les conditions de travail, les « matières sectorielles ». Elle ne concerne ni le salaire ni la retraite — des enjeux discutés à la table centrale et conclus avec de plus grandes centrales syndicales.

« C’est une entente qui permettra d’améliorer significativement les conditions de travail des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes du Québec », s’est contentée de dire la présidente de la FIQ, Nancy Bédard.

Pour Sonia LeBel, l’accord « répond notamment aux enjeux de surcharge de travail ».

La mise en place de ratios de patients par infirmière et la création de postes à temps plein font partie de cette entente, selon les informations qui circulaient déjà depuis quelques jours.