(Montréal) Le grand patron de Québecor a volé la vedette lors d’un rassemblement du Bloc québécois, dimanche. Pierre Karl Péladeau en a profité pour tirer à boulets rouges sur la vente prochaine de Transat à Air Canada, deux jours après que les actionnaires eurent donné leur feu vert.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Devant les militants bloquistes, M. Péladeau — qui a été chef du Parti québécois pendant moins d’un an — a déclaré que, « dorénavant », il se consacrerait à garder les sièges sociaux québécois dans la province.

L’homme d’affaires n’a pas manqué d’écorcher le premier ministre du Québec et ex-PDG d’Air Transat, François Legault, qui n’aurait pas levé « un seul petit doigt » pour s’opposer à la prise de contrôle de la compagnie aérienne par Air Canada.

M. Péladeau, qui a levé le poing brièvement, a reçu une ovation debout de la part de la trentaine de candidats et des quelque 350 militants bloquistes réunis au centre communautaire Roussin à Pointe-aux-Trembles, dans la circonscription du député Mario Beaulieu.

C’est le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, qui a invité M. Péladeau à prononcer un discours lors du rassemblement tenu pour l’investiture de M. Beaulieu, dimanche. M. Péladeau n’a pas de rôle officiel dans la prochaine campagne, mais ne ferme pas la porte à s’impliquer pour le Bloc.

Concilier l’économie et l’environnement

Le seul parti souverainiste à Ottawa compte mettre de l’avant l’importance de concilier la « création de richesse et l’environnement » au cours de la prochaine campagne électorale, un thème que M. Péladeau dit endosser complètement.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETT, ARCHIVES LA PRESSE

Yves-François Blanchet

De l’avis de M. Blanchet, le Bloc doit faire « rêver les gens » avec un projet de société vert tout en contribuant au « nationalisme économique ».

« Ce n’est pas une job de curé qui punit le monde, l’environnement, a soutenu M. Blanchet. C’est un modèle économique. C’est une façon de créer de la richesse au Québec avec nos centres de recherche, avec nos richesses naturelles, avec notre énergie propre, avec notre ingénierie. »

Dans son discours, le chef a aussi lancé plusieurs attaques au gouvernement Trudeau, en l’accusant de brandir des engagements promis depuis longtemps à l’aube des élections pour s’attirer des votes. « C’est une prise d’otage », a répété le chef bloquiste.

Il a cité en exemple l’aide promise aux médias ou encore les chèques promis avant la fin de l’année pour les producteurs agricoles du Québec pour compenser les pertes dues aux accords commerciaux internationaux.

Les bloquistes optimistes

Avec le NPD en baisse dans les intentions de vote et l’étoile des libéraux qui a pâli dans les derniers quatre ans, les bloquistes se permettent de rêver à une remontée du Bloc.

Le chef espère même doubler la députation de son parti, en faisant élire au minimum 20 députés au scrutin du 21 octobre prochain.

Le candidat bloquiste dans Honoré-Mercier, Jacques Binette, convient que les dernières années ont été difficiles pour le Bloc avec les nombreuses crises sous le leadership de l’ex-chef Martine Ouellet.

« On a connu une année 2018 qui a été vraiment calamiteuse, il ne faut pas se raconter d’histoires. Mais au niveau du financement, depuis décembre dernier, on est en bonne position », affirme M. Binette.

Le souverainiste de longue date sent lui aussi un vent d’optimisme pour les bloquistes en 2019. Il croit que son parti pourra rallier les souverainistes de tous horizons et les électeurs déçus par les autres partis sur la scène fédérale.

Le rassemblement de dimanche, qui devait souligner la « précampagne » du Bloc, a réuni quelque 350 militants.