Ne dites plus : Y'a pas de quoi fouetter un chat. Dites : Y'a de quoi fouetter un maire.

Stéphane Laporte, Collaboration spéciale LA PRESSE