(Mastic) Plusieurs jours après son évasion, un taureau de Long Island, dans l’État de New York, reste introuvable bien que des recherches soient menées par hélicoptère et avec des équipements de vision nocturne et qu’on tente d’attirer l’animal errant avec du grain et une vache.

Associated Press

L'animal s'est enfui d'une ferme mardi en se faufilant dans une brèche de la clôture fermant un enclos. Il était destiné ce jour-là à l'abattoir, où il devait être sacrifié dans le cadre d'une fête religieuse, rapporte le quotidien communautaire Greater Moriches, de Long Island.

La police du comté de Suffolk a déclaré avoir commencé, mardi matin, à répondre aux appels concernant le taureau de 1500 livres (680 kilogrammes) en liberté après avoir franchi la clôture d’une ferme du secteur. Les résidents ont repéré le taureau au poil foncé, surnommé depuis « Barney », gambadant à travers champs, les routes et les jardins de cette ville de banlieue. Et il a brièvement entraîné la fermeture d’une partie de l’autoroute Sunrise.

Des équipes ont fouillé la zone située à environ 80 kilomètres à l’est de New York à pied et à cheval. Ils ont utilisé des drones. Ils ont tendu un « piège à taureaux » pour appâter Barney avec la même nourriture que celle qu’il mange à la ferme, en vain. Rien n’a pas fonctionné, ni même d’autres pièges potentiels.

« Nous avons essayé de l’attirer avec une vache... »

« Nous avons essayé de l’attirer avec une vache, avec des chevaux, a déclaré à Frankie Floridia de l’organisation de sauvetage animalier de Strong Island. Je suis ici avec un [pistolet tranquillisant], à sa recherche, et je me dis : ‘Je chasse les vaches dans un film d’Indiana Jones’. C’est juste frustrant. Plus cela dure, vous vous demandez ce qui se passe. »

Le taureau erre dans une partie de Long Island où se trouvent des sous-bois denses et des étendues de pins. M. Floridia a déclaré que la végétation dense avait entravé les recherches.

Les sauveteurs ont indiqué qu’ils souhaitent que le taureau soit transféré dans un sanctuaire.

« Je n’ai pas peur qu’il soit agressif envers les humains, a affirmé M. Floridia. Il n’a pas de cornes, ce n’est pas un animal agressif. Je pense qu’il va voir des gens et qu’il va s’enfuir. J’ai juste peur, avec la couleur de son pelage, qu’il s’égare sur une route dans le noir et qu’un conducteur ne le voie pas. »

Avec La Presse