Un ballon bleu à la main, plusieurs dizaines de citoyens se sont réunis samedi devant l’école Coronation, dans le secteur de Côte-des-Neiges, où Jannai Dopwell-Bailey, 16 ans, est mort après avoir été poignardé en octobre dernier.

Mis à jour le 4 déc. 2021
Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

De la neige tombait doucement sur les peluches, les fleurs et les chandelles qui ont été déposées au sol à la mémoire de Jannai. La famille et les amis de l’adolescent ont ensuite marché jusqu’au parc Martin-Luther King, pour rendre un dernier hommage à l’adolescent.

« J’ai envoyé mon fils à l’école, et il n’est jamais revenu. Et je dois faire face à ça tous les matins quand je me lève et que je regarde sa chambre », a témoigné avec émotion la mère de l’adolescent, Charla Dopwell. « Il me manque. Je dors, je mange, je respire et je pense à Jannai », a-t-elle ajouté.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Une veillée à la bougie pour rendre hommage à Jannai Dopwell-Bailey a eu lieu le 22 octobre.

Au moment des funérailles de Jannai, la famille de l’adolescent avait déploré ne pas avoir reçu la même attention de la part de la classe politique que la famille de Thomas Trudel, un jeune de 16 tué par balle en novembre dans le quartier Saint-Michel.

Lisez « La famille d’un adolescent noir assassiné déplore le deux poids, deux mesures »

Mme Dopwell a affirmé samedi avoir reçu la visite de la mairesse de Montréal cette semaine. « La rencontre s’est bien passée », a-t-elle déclaré, en disant ne pas vouloir commenter cet aspect davantage.

« Que la violence s’arrête »

« Tous les adolescents, nous voulons juste que la violence s’arrête », a pour sa part plaidé le frère de Jannai, Tyrese Dopwell-Bailey. Il estime que différents programmes de loisirs devraient être mis en place dans la communauté, pour éviter que les jeunes fassent l’usage de la violence.

Tyrese se rappelle que l’un des derniers souhaits de Jannai, qui était passionné par la musique rap, était de suivre des cours de piano.

Il aimait la musique. Il a toujours aimé la musique et la danse. Je suis sûr qu’il aurait été acteur à un moment donné, il était très doué.

Tyrese Dopwell-Bailey, frère de Jannai

Le 18 octobre, Jannai Dopwell-Bailey a été poignardé devant l’école Coronation, à l’intersection des avenues Victoria et Van Horne, où il étudiait dans le Programme Mile End pour les étudiants décrocheurs. Une altercation a eu lieu entre des jeunes âgés de 16 à 18 ans avant le drame. Le décès de Jannai a été constaté à l’hôpital.

À la suite du meurtre, des vidéos ont été diffusées sur les réseaux sociaux, où l’on pouvait voir des jeunes cagoulés, munis de couteaux, qui ridiculisaient la mort de l’adolescent.

Selon les informations obtenues par La Presse, un conflit entre deux cliques, soit les OXB (Oxford Block) de Notre-Dame-de-Grâce et les 160 de Côte-des-Neiges, serait à l’origine du drame.

Deux suspects ont été arrêtés en lien avec cette affaire, dont un jeune de 16 ans. Il est détenu, car il a renoncé à son enquête sur remise en liberté. Le second suspect, Andrei Donet, 18 ans, a été arrêté le 26 novembre. Un troisième individu qui pourrait être impliqué dans cet homicide est toujours recherché par la police.

Ce meurtre s’inscrit dans la flambée de violence ayant lieu dans les rues de Montréal. Jeudi dernier, Hani Ouahdi, 20 ans, a succombé à ses blessures après avoir été atteint par balle dans le secteur d’Anjou. En février, Meriem Boundaoui, âgée de 15 ans, est morte de la même façon dans le secteur de Saint-Léonard.

Avec Mayssa Ferah, La Presse