Au lendemain du verdict dans l’affaire George Floyd, le candidat à la mairie Denis Coderre a fait valoir qu’il voulait que les policiers de Montréal soient rapidement équipés de caméras portatives et qu’ils gardent leurs armes à feu.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

M. Coderre a qualifié d’« horrible » la remise en question du financement et de l’armement du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) par les militants de Projet Montréal, il y a une dizaine de jours. Il était questionné sur la flambée de violence du début de l’année dans le nord-est de Montréal.

« Les caméras portatives, c’est essentiel. C’est l’autre côté de la médaille. Dans plusieurs villes des États-Unis, on a vu une baisse du taux de criminalité avec l’imposition de ces caméras », a-t-il dit. « On a besoin de la police. En ce sens, il n’est pas question ni de les désarmer ni de les définancer. »

Denis Coderre tenait une conférence de presse mercredi en matinée pour confirmer qu’Hadrien Parizeau, conseiller municipal élu sous sa bannière en 2017 avant d’être recruté au comité exécutif de Valérie Plante, rentrait au bercail. Il a aussi annoncé que c’est la conseillère Karine Boivin-Roy qui tenterait de reprendre la mairie de Mercier–Hochalaga-Maisonneuve au nom de sa formation.

L’ex-maire, redevenu chef de son parti politique il y a deux semaines, n’a pas caché que c’est lui qui choisissait ses candidats en vue des élections de novembre prochain.

« C’est sûr qu’il y a un moment donné où le chef tranche. Je vais prendre les décisions qu’il y a à prendre, je suis capable de prendre les décisions. Mais on va le faire en collégialité et on va se parler », a dit M. Coderre.

Hadrien Parizeau n’a pas voulu commenter le travail du comité exécutif de Valérie Plante, dont il faisait partie depuis trois ans et jusqu’à mardi. « Je suis fier d’être aux côtés de Denis Coderre. M. Coderre est un rassembleur, c’est quelqu’un qui va pouvoir ratisser très large, j’en suis convaincu. Ce n’est pas le cas de tout le monde et ce n’est pas le cas de tout le monde d’écouter l’ensemble des Montréalais », a-t-il dit, dans une attaque à peine voilée contre la mairesse.

Cette dernière a salué le travail d’Hadrien Parizeau au sein de son équipe.

« Lorsqu’élue, j’avais promis de nommer des membres de l’opposition au comité exécutif et c’est ce que j’ai fait avec Hadrien Parizeau en 2018 », a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux. « Alors expulsé de son parti, il y retourne aujourd’hui et je respecte sa décision. »