Animer les vitrines et les locaux vides ? Recenser et optimiser l’offre commerciale ? Mettre en place des outils réglementaires ? Imposer une taxe aux propriétaires de locaux commerciaux inoccupés depuis trop longtemps ? Aménager l’espace public ? Limiter les hausses indues du loyer ?

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

La Ville de Montréal compte explorer toutes ces avenues au cours des prochaines semaines pour réduire le nombre de locaux vacants sur les artères commerciales, dans le cadre d’une série de consultations publiques lancées mardi soir. 

« Pour aider le commerce, ce n’est pas une seule mesure qui va tout régler, il faut que ce soit un bouquet de services », affirme le conseiller Robert Beaudry, responsable du développement économique au comité exécutif de la Ville.

Le but des consultations publiques est de mieux cerner la situation, d’entendre les experts et les citoyens, et de s’inspirer des meilleures pratiques dans le monde pour contribuer à régler le problème. La date limite pour soumettre un mémoire ou une opinion par écrit à la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation est le 20 janvier.

La Ville ne s’en cache pas : elle aimerait abaisser le taux de vacance de 15 % à 5 % sur les artères commerciales montréalaises.

Coup de pouce

Quelques mesures ont déjà été adoptées pour donner un coup de pouce aux marchands, dont un dédommagement accordé à ceux qui sont touchés par les chantiers majeurs.  

Un peu plus de 1 million $ a été remis à une quarantaine de commerçants qui ont pignon sur la rue Saint-Denis, la rue Saint-Hubert ou la rue Sainte-Catherine, sur un budget de 25 millions $, fait savoir M. Beaudry.

« On est en croissance, assure-t-il. Dans les trois derniers mois, on a eu deux fois plus de demandes que dans les six premiers. Donc, le programme est en train de prendre son envol. » Une autre mesure prise par la Ville est la réduction de taxes pour la première tranche de 625 000 $ d’évaluation foncière des immeubles non résidentiels. Ce seuil, qui était de 500 000 $ l’an dernier, a été revu à la hausse au budget 2020 de la Ville, présenté le 25 novembre.

 « On veut continuer à réduire l’écart entre les taxes non résidentielles et résidentielles », assure l’élu.  

Quatre pistes de solution

Pour ce qui est du taux de vacance anormalement élevé, plusieurs pistes de solution sont déjà sur la table. En voici quatre citées dans un document mis en ligne par l’administration municipale pour raviver le commerce sur rue.  

1- Baliser les artères commerciales 

La Ville a intérêt à limiter les espaces où le commerce est possible pour inciter les entreprises à se regrouper, dans le but de favoriser une dynamique commerciale plus intense. L’amélioration du zonage permet aussi de restreindre certains types d’établissements pour favoriser l’implantation de commerces qui répondent mieux aux besoins de la population locale.  

2- Tenir un registre des locaux commerciaux 

Une base de données sur les propriétés immobilières commerciales et les commerces serait un atout important. Cela permettrait de connaître les motifs des fermetures et faciliterait la communication entre les propriétaires qui ont des locaux disponibles et les usagers potentiels.  

3- Créer une plateforme web

Les services de courtage immobilier privé ne s’intéressent pas beaucoup aux locaux autres que ceux des centres commerciaux. Une plateforme web des locaux commerciaux disponibles sur les rues permettrait aux propriétaires d’attirer des projets d’affaires de partout dans le monde à un coût quasi nul.

4- Augmenter le nombre de SDC 

Il y a 21 Sociétés de développement commercial, communément appelées SDC, à Montréal. Mais il n’y en a pas sur toutes les artères commerciales importantes, ce qui crée un déséquilibre entre les artères encadrées et celles qui ne le sont pas. Leur rôle dans le recrutement de commerces pourrait aussi être accru.