Un nuage de neige et un fort vent très localisés ont pris de court les automobilistes mardi matin, sur l'autoroute 10, à Carignan. Résultat, une douzaine de sorties de route, des carambolages et une autoroute qui a été fermée jusqu'à 14h45 environ.

Mis à jour le 15 janv. 2013
David Santerre LA PRESSE

Le nuage a recouvert la 10 entre la rivière Richelieu et Brossard. La neige était épaisse, le vent fort. Vers 10h30, la chaussée est devenue si glacée que les voitures se sont mises à déraper dans tous les sens. Plusieurs se sont retrouvées dans le fossé.

Pour couronner le tout, un carambolage au kilomètre 14, en direction ouest, a forcé la fermeture de l'autoroute.

Des voitures se sont tamponnées, et un camion-citerne s'est mis en portefeuille en tentant de les éviter. Un autre semi-remorque a quant à lui quitté la route pour aboutir dans le terre-plein central.

«La chaussée s'est glacée soudainement, causant une dizaine de sorties de route, deux camions qui ont fait des mises en portefeuille et deux carambolages», a relaté l'agent Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec.

«En deux minutes, nous nous sommes retrouvés devant un mur blanc, sur une chaussée très glissante. On aurait pu mettre nos patins et patiner dessus. Quand ça a commencé à se tamponner, il ne restait plus qu'à choisir à quel endroit on sortait de la route», a raconté une dame de Granby dont la voiture a frôlé un des semi-remorques accidentés avant de s'immobiliser dans le terre-plein.

«On n'avait pas besoin de tenir le volant ou de freiner, il n'y avait aucun contrôle possible, le camion bougeait seul. La chaussée était chaude après la température des derniers jours. La petite neige est tombée, a fondu puis gelé rapidement», raconte un des camionneurs.

Heureusement, il n'y a eu que des blessés mineurs dans cette série de collisions, mais un bouchon monstre s'est formé sur des kilomètres.

«Nous avons transporté sept patients dans trois ambulances. Ils seront traités pour des lésions, des douleurs au cou, au dos. Rien de grave, mais des blessures à évaluer», indique Patrick Jasmin, porte-parole de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie.

Transports Québec, mis au courant de ce changement subit des conditions de la chaussée, avait dépêché des camions épandeurs d'abrasifs, mais ils n'ont pas eu le temps d'agir. «Les camions s'apprêtaient à épandre avant le carambolage, mais ils ont été pris dans le bouchon, ils n'ont donc pu faire tout le travail», a expliqué Caroline Larose, porte-parole au ministère des Transports.

Elle prévoit que l'autoroute 10 sera fermée entre les autoroutes 35 et 30, en direction ouest, au moins jusqu'à 15h. «Il faudra dégager un camion-citerne transportant des matières de catégorie 3, soit du liquide inflammable. Les gens du ministère de l'Environnement sont sur place pour superviser le tout», a-t-elle dit.

En fait, la citerne est vide, mais comme elle n'a pas été nettoyée après son dernier chargement, on la traite  comme si elle était pleine.

Selon André Cantin, d'environnement Canada, le phénomène météo n'a rien d'anormal. «Mais la température avoisinait le point de congélation, a-t-il expliqué. La pluie des derniers jours a lavé la chaussée de tout fondant résiduel. Il y a eu une chute de neige très localisée, le passage des voitures a fait fondre la neige, qui a regelé instantanément.»

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Carambolage sur la A-10.