La vie quotidienne est désormais remplie de gestes verts. On n'aurait plus idée de jeter les journaux à la poubelle après les avoir lus. On va à l'épicerie avec nos sacs en coton. On opte pour la toilette à deux débits quand on refait la salle de bains. Mais qui préfère son chili sans viande pour des raisons environnementales?

Stéphanie Bérubé LA PRESSE

Le président du GIEC et colauréat du prix Nobel de la paix 2007, le Dr Rajendra Pachauri, a rappelé la semaine dernière que c'est pourtant une mesure nettement plus efficace pour réduire les gaz à effets de serre que de prendre les transports en commun. Il prononçait une conférence sur les impacts de la consommation de viande pour le Compassion in World Farming, un groupe anglais de défense des droits des animaux. Continuer de manger la même quantité de viande va complètement à l'inverse de tous les principes environnementaux, croit-il.

Supprimez la viande une seule journée par semaine pour commencer, a conseillé l'économiste indien, qui est lui-même végétarien. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) évalue que produire un kilo de boeuf dégage autant de gaz à effets de serre que de parcourir 250 kilomètres en voiture.