(Washington) La population américaine de pygargues à tête blanche, fier rapace devenu l’emblème du pays, a quadruplé depuis 2009, a annoncé mercredi le ministère de l’Intérieur.

Agence France-Presse

Classé jusqu’en 2007 parmi les espèces protégées et un temps « au bord de l’extinction », le pygargue à tête blanche a prospéré grâce à « l’interdiction du pesticide DDT » et aux « efforts de sauvegarde » déployés, selon un communiqué de ce ministère chargé de gérer les espaces naturels du territoire américain.

Ces rapaces, qui symbolisent les États-Unis depuis plusieurs siècles, forment aujourd’hui plus de 71 500 couples.

En 1963, leur population avait atteint son plus bas niveau, avec seulement 417 couples d’oiseaux répartis entre 48 États.

« C’est l’une des réussites les mieux connues de tous les temps en matière de préservation », a déclaré dans le communiqué Martha Williams, directrice adjointe du service américain des poissons et de la vie sauvage, qui a publié le rapport sur les pygargues à tête blanche.

« Je crois que nous avons l’occasion historique de protéger notre environnement et notre mode de vie pour les générations à venir. Mais nous ne pourrons accomplir de grandes choses que si nous travaillons ensemble », a commenté Deb Haaland, la nouvelle ministre de l’Intérieur.