(Québec) Des édifices publics chauffés et climatisés à l’électricité, un parc de véhicules progressivement sevré du pétrole. Le gouvernement Legault veut d’abord prêcher par l’exemple pour inciter l’ensemble des acteurs économiques à passer au « tout électrique ».

DENIS LESSARD DENIS LESSARD
La Presse

Dans le budget qu’il déposera mardi à l’Assemblée nationale, le ministre des Finances, Eric Girard, prendra le virage vert promis depuis des mois par le premier ministre du Québec. C’est, a appris La Presse, plus de 1 milliard par année qui sera aiguillé vers un nouveau Plan d’économie verte (PEV), qui constituera la pièce de résistance de ce deuxième budget Girard. Cet engagement porterait sur environ quatre ans, indique-t-on.

La plus grande partie de cette mise de fonds viendra de la cagnotte du Fonds vert, dont s’emparera le gouvernement une fois adoptée la loi actuellement à l’étude à l’Assemblée nationale. 

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Eric Girard, ministre des Finances du Québec

Le fonds engrange près de 1 milliard par année, à partir de la taxe sur le carbone – les entreprises doivent payer une redevance pour leurs émissions, facture refilée à leurs clients ou aux consommateurs.

François Legault avait été durement critiqué parce qu’en campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) n’avait guère d’engagements précis en environnement. Au discours d’ouverture, il avait promis de corriger le tir ; au cours des dernières semaines, le gouvernement a annoncé une série de mesures portant sur les matières résiduelles, la cueillette sélective, la récupération des électroménagers et, surtout, plus récemment sur la consigne des contenants de verre et de plastique.

Le discours de mardi brossera à larges traits ces nouvelles orientations de Québec en matière d’électrification des transports collectifs, de l’immobilier et des véhicules. 

Mais cette mise en jeu sera suivie d’une politique et de « mesures phares » plus tard ce printemps. Le plan d’action détaillé, la feuille de route des conversions, lui, ne tombera qu’à l’automne 2020.

Pendant des semaines, les fonctionnaires ont travaillé sur un « Plan d’électrification du Québec », mais les stratèges en communications ont signalé un feu rouge : l’acronyme PEQ était radioactif puisqu’il rappelait le Programme expérience Québec, mesure en immigration qui avait mis en mauvaise posture le ministre Simon Jolin-Barrette.

Pour atteindre ses visées, le gouvernement se donnera un échéancier de 10 ans, en 2030 – l’objectif global de réduction de 37,5 % des gaz à effet de serre au tournant de la décennie est déjà connu.

Transport collectif et immobilier

M. Legault avait donné les grandes lignes du plan d’action de Québec dans un discours devant les militants caquistes, en mai 2019. Son gouvernement vise à ce que tous les nouveaux édifices publics, écoles ou futures maisons pour aînés soient chauffés et climatisés à l’électricité. Quant aux bâtiments existants, on aura un plan progressif de passage à l’électrique. 

Le parc des véhicules du gouvernement sera aussi adapté à la nouvelle norme au fur et à mesure de son renouvellement. Québec maintiendra ses mesures incitatives à l’achat de véhicules électriques. 

Le gouvernement espère que l’exemple donné convaincra le secteur privé d’emboîter le pas ; ses fonds seront aiguillés sur les entreprises, l’industrie du camionnage par exemple, qui voudront réduire leur empreinte carbone en tournant le dos aux énergies fossiles. 

En ce sens, les doutes quant à la réalisation du projet de gaz liquéfié au Saguenay tombent bien pour François Legault ; le gouvernement n’aura plus à se positionner sur un projet qui favorise une énergie polluante puisqu’il est devenu hautement hypothétique.

Mardi, dans son discours, M. Girard insistera lourdement sur l’incertitude qui se profile quant à la croissance économique. En 2008, le gouvernement Charest avait débloqué beaucoup d’argent destiné au renouvellement des infrastructures, après la catastrophe du viaduc de la Concorde.

Cette fois, à Québec, on espère que les efforts importants investis dans les infrastructures de transport en commun auront comme incidence de stimuler l’économie, au moment où le monde est frappé par la crise du coronavirus (COVID-19). Mais dans bien des cas concernant les projets de tramway à Longueuil, à Gatineau et à Québec, on en est encore à l’inscription dans le Plan québécois des infrastructures, loin d’une mise en chantier. 

Un coup de fil passablement alarmant qu’a donné le ministre fédéral Bill Morneau à M. Girard il y a quelques jours laissera des traces dans le discours. Mais les équilibres financiers avaient été arrêtés avant le coup de frein connu par le secteur financier il y a deux semaines.

« Pas un budget d’austérité »

Le surplus pour l’année 2019-2020, de quelque 6 milliards, selon la plus récente mise à jour, en novembre, publiée par les Finances, sera considérablement revu à la baisse. De cette somme il faut soustraire 1,6 milliard pour le versement au Fonds des générations – mécanique comptable pour réduire la dette. 

Les engagements de Québec pour la fin de l’année devaient ramener le surplus à 1,7 milliard environ, selon les prévisions publiques du Ministère, somme à laquelle il faut retrancher 600 millions pour tenir compte de la baisse de valeur de la participation du gouvernement dans l’A320 d’Airbus.

Mais Québec estime avoir suffisamment de marge de manœuvre pour ne pas avoir à comprimer les dépenses déjà prévues dans les programmes sociaux, les budgets dévolus à la santé et à l’éducation. 

« Ce ne sera pas un budget d’austérité », assure-t-on à Québec. Les clientèles « vulnérables » – personnes âgées, enfants confiés à la DPJ, femmes violentées, parents d’enfant lourdement handicapé – bénéficieront d’une assistance financière supplémentaire du gouvernement.

Québec a depuis longtemps annoncé ses couleurs : il n’y aura pas de baisses générales d’impôts dans ce budget. Par contre, le gouvernement fera un autre pas vers son objectif d’uniformiser et de réduire le fardeau des taxes scolaires à l’échelle du territoire. L’engagement portait sur l’ensemble du mandat – 200 millions avaient été injectés au budget de l’an dernier. Un autre pas est prévisible mardi.