L’ancien vice-président américain Al Gore sera de passage à Montréal le printemps prochain pour parler d’environnement dans le cadre d’un sommet sur l’éducation qui voit le jour cette année.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Devenu militant environnementaliste, le Prix Nobel de la paix sera la tête d’affiche du premier Sommet international de l’éducation 2020, mis sur pied par la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais, qui lutte contre l’intimidation, la violence et la discrimination contre les enfants en milieu scolaire.

C’est dans le cadre du volet « Changements climatiques, écoresponsabilité et entrepreneuriat » qu’Al Gore prononcera une conférence d’un peu moins d’une heure au Palais des Congrès le 13 mai.

La dernière conférence d’Al Gore à Montréal remonte au mois d’avril 2008. Il avait prononcé une allocution devant 3000 personnes à la Place des Arts, au cours de laquelle il avait notamment vanté le bilan du Québec en matière d’environnement.

La militante des droits des femmes autochtones Michèle Audette figure également au nombre des invités de ce sommet, dont les autres thèmes seront « Redynamiser le savoir et l’éducation autochtones » et « Les saines habitudes de vie émotionnelles et relationnelles en milieux éducatifs ».

Jasmin Roy dit avoir eu l’idée de ce sommet il y a quelques années. « J’avais assisté à certains sommets du genre et je trouvais qu’il manquait un tel rendez-vous [au Québec]. Je ne dis pas qu’il n’y en a pas, mais j’avais envie de mobiliser la société civile autour d’enjeux importants », dit-il. Parmi les sujets abordés figurent par exemple l’éducation à la citoyenneté, la fréquentation scolaire et la formation des enseignants aux changements climatiques.

Le comédien, auteur et conférencier souhaite rassembler environ 2000 participants pour cette première édition du sommet. Qui seront-ils ?

« La jeunesse est ma priorité, je veux que les jeunes soient là. L’intimidation, la violence, la santé mentale, les changements climatiques : ce sont leurs préoccupations. Ensuite, j’aimerais voir des directions d’école, des enseignants, des psychoéducateurs. On attend beaucoup de chercheurs, de gens de la politique. Il faut trouver des consensus, des compromis », dit Jasmin Roy. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, figure au nombre des invités de ce sommet, qui se tiendra sur deux jours.

La programmation complète du Sommet international de l’éducation 2020 sera dévoilée dans les prochaines semaines.