(Vancouver) Un avocat représentant 15 jeunes qui accusent le gouvernement fédéral d’avoir violé leurs droits constitutionnels en ne s’attaquant pas correctement au changement climatique, affirme que les tribunaux ont un rôle précis à jouer dans la détermination de l’issue du procès.

La Presse Canadienne

Joseph Arvay n’était pas d’accord mercredi avec un avocat du gouvernement fédéral qui a soutenu que l’affaire devrait être classée parce qu’un tribunal ne devrait pas entrer dans l’arène politique.

Joseph Arvay a déclaré lors d’une audience de la Cour fédérale qu’il souhaitait que l’affaire soit jugée dans une cour, où il demandera à un juge de déterminer comment les émissions du Canada contribuent au budget mondial du carbone - qui constitue le plafond maximal d’émissions de CO2 qui permettrait de ne pas augmenter la température moyenne mondiale au-delà d’un certain seuil.

Le plaignant affirme que les jeunes sont affectés de manière disproportionnée par la pollution de l’air et d’autres conséquences du changement climatique parce que leurs organes vitaux ne sont pas pleinement développés.

Joseph Cheng, qui représente le procureur général du Canada, a déclaré que le tribunal ne devrait pas se lancer dans des décisions politiques.

Il est d’avis que les allégations sur les préjudices sont trop larges.