(Moncton) Des agents de Pêches et Océans Canada et de la Garde côtière chercheront jusqu’à samedi à récupérer des engins de pêche perdus dans le golfe du Saint-Laurent, dans le cadre des efforts pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord.

La Presse canadienne

Dans le cadre de l’opération s’étant mise en branle jeudi, des agents des pêches de tout le Canada atlantique et du Québec parcourent les zones du golfe où les pertes d’engins sont les plus importantes.

Cinq navires de la Garde côtière sont mobilisés.

Les navires sur l’eau bénéficient du soutien aérien d’un hélicoptère de la Garde côtière et d’un aéronef de surveillance de conservation et protection pour aider à localiser tout engin flottant à la surface.

L’opération se déroule à la lumière du jour. D’éventuels engins récupérés pourront être déchargés notamment à Caraquet, et à Shédiac, au Nouveau-Brunswick.

Depuis l’an dernier, la déclaration des engins de pêche perdus est une exigence de permis pour toutes les pêches à engins fixes dans le golfe du Saint-Laurent.

Selon le formulaire de déclaration, il peut s’agir notamment de casiers à homard et à crabe, de palangres — ligne sur laquelle sont fixés des cordages se terminant par un hameçon — ou de filets.

On estime qu’il reste environ 400 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde. Au cours des dernières semaines, six sont mortes dans les eaux canadiennes.