Source ID:6b0422fa6e7c3467a51df7281cf2dbc7; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Près de 450 hectares de milieux humides détruits en un an

Le gouvernement québécois a autorisé l'an dernier la... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le gouvernement québécois a autorisé l'an dernier la destruction de 444 hectares de milieux humides. Québec a notamment permis le remblayage de deux marécages pour agrandir le stationnement d'Entreposage Leaseholds, à Montréal.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

(Québec) Le gouvernement québécois a autorisé l'an dernier la destruction de 444 hectares de milieux humides, l'équivalent de 700 terrains de football. C'est la preuve selon certains que la loi protège mal ces milieux névralgiques en période d'inondations.

Des documents déposés à l'Assemblée nationale révèlent qu'entre le 1er avril 2018 et le 28 février dernier, le ministère de l'Environnement a délivré 520 certificats d'autorisation pour des travaux dans des plaines inondables, des rives ou des milieux humides.

Les autorisations touchent un éventail de chantiers. On a permis par exemple à un commerce de remblayer un marécage pour agrandir son stationnement. On a autorisé la construction de ponceaux temporaires pour le futur Réseau express métropolitain (REM). Et à Québec, le réaménagement de l'échangeur qui relie les autoroutes Henri-IV et Félix-Leclerc a nécessité la destruction d'un milieu humide.

Pris ensemble, tous ces travaux ont entraîné la disparition en moins d'un an de marais, cours d'eau et tourbières d'une superficie plus grande que celle de l'île des Soeurs.

L'année précédente, la superficie détruite avait été quatre fois plus importante.

Les milieux humides jouent un rôle névralgique. Non seulement ils abritent une faune riche, mais ils agissent aussi comme des éponges qui captent les eaux de crue des rivières. Leur disparition contribue à empirer les inondations.

Les chiffres publiés par Québec font bondir Guy Garand, qui milite depuis des années pour la protection de ces habitats à Laval.

« C'est une catastrophe, a dénoncé M. Garand, qui dirige le Conseil régional de l'environnement de Laval. Les changements climatiques sont là, mais à un moment donné, il va falloir cesser la destruction des milieux humides. »

Compensation

En 2017, le gouvernement Couillard a adopté une loi qui force les promoteurs à verser une compensation financière à l'État lorsqu'ils détruisent des milieux humides.

En vertu de ce nouveau régime, Québec a autorisé la destruction de 136 hectares l'an dernier. Les redevances se sont élevées à 22 millions de dollars. L'argent sera affecté à la conservation, la restauration et la création de milieux humides.

Sous l'ancienne loi, la destruction devait être compensée « en nature » : pour chaque hectare remblayé, un promoteur ou une ville devait protéger un terrain de plus grande taille. Quelque 65 projets ont été approuvés en vertu de ce régime, l'an dernier. Ils ont entraîné la conservation de 639 hectares de milieux humides.

Selon Guy Garand, Québec doit vite resserrer les règles. « C'est un régime qui permet de payer la compensation. C'est un permis de détruire que tu achètes, et on n'est pas pour ça. »

Révision en cours

François Legault a confirmé hier que son gouvernement comptait réviser la loi qui régit l'aménagement dans les zones sensibles.

« Je ne veux pas revivre à répétition, tous les printemps, la situation qu'on a vécue cette année », a expliqué le premier ministre.

Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, a dit vouloir freiner la construction dans les zones inondables et mieux protéger les milieux susceptibles de contenir les crues.

« Il faudra concevoir notre développement autrement à l'avenir, a convenu M. Charette. Il y a des habitudes, comme société, qu'on avait l'habitude de perpétuer. Et on voit clairement que la nature, dans certains endroits, reprend ses droits. Donc, ce sont des façons de faire qu'on devra revoir. »

Scepticisme

La députée du Parti libéral Marie Montpetit s'est montrée sceptique face aux intentions du gouvernement de la Coalition avenir Québec. Elle a rappelé qu'en campagne électorale, François Legault promettait d'assouplir le régime de protection des milieux humides, qu'il jugeait trop sévère. Le ministre Charette a d'ailleurs confirmé cette intention en commission parlementaire il y a quelques jours.

« On a deux discours en deux semaines, a ironisé Mme Montpetit. S'il souhaite renforcer les règles, on va l'accompagner là-dedans, ça va être une bonne nouvelle. »

Québec solidaire est aussi favorable à des règles plus strictes.

« On sera exposé davantage dans le temps à ce type d'inondations, a souligné la députée Émilise Lessard-Therrien. Il faut repenser le territoire, l'aménagement du territoire. Les milieux humides, on sait que c'est la zone tampon pour amortir les crues des eaux, pour filtrer aussi le ruissellement des eaux. »

- Avec la collaboration d'Hugo Pilon-Larose, La Presse




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer