Source ID:; App Source:

Un comité parlementaire vante les «bienfaits» du pétrole

Parmi les «effets positifs» pour l'environnement, le rapport... (Photo David BOILY, archives agence france-presse)

Agrandir

Parmi les «effets positifs» pour l'environnement, le rapport déposé par le comité permanent des ressources naturelles souligne que le remplacement du charbon et du diesel par le gaz naturel va améliorer la qualité de l'air et que l'utilisation d'hydrocarbures dans l'agriculture a permis d'augmenter la superficie des forêts.

Photo David BOILY, archives agence france-presse

(OTTAWA) N'en déplaise à ceux qui dénoncent ses émissions de gaz à effet de serre, l'industrie pétrolière et gazière du Canada est une véritable bénédiction pour l'environnement, vient de conclure un comité de la Chambre des communes dominé par des députés conservateurs. Une étude de plusieurs semaines qui a délibérément ignoré les commentaires négatifs sur l'industrie.

Le comité permanent des ressources naturelles a consacré une dizaine de séances à étudier «les avantages dans l'ensemble du Canada de l'industrie pétrolière et gazière». Il a déposé, mi-juin, un rapport élogieux sur ce secteur en pleine croissance.

«L'industrie pétrolière et gazière produit pour le Canada et le monde entier des bienfaits environnementaux, sociaux et économiques grâce à l'innovation et à sa contribution à notre niveau de vie aujourd'hui», peut-on lire dans le document de 80 pages.

Parmi les «effets positifs» pour l'environnement, le rapport souligne que le remplacement du charbon et du diesel par le gaz naturel va améliorer la qualité de l'air. Que l'utilisation d'hydrocarbures dans l'agriculture a permis d'augmenter la superficie des forêts. Que des investissements des sociétés pétrolières ont permis d'améliorer la qualité de l'eau dans certaines communautés. Et que l'industrie a investi des centaines de millions pour réduire la pollution qu'elle génère.

Ces conclusions font sourciller des experts et des écologistes consultés par La Presse, car le rapport fait fi de l'importante pollution générée par l'extraction du pétrole et du gaz. Ce secteur industriel est en outre la plus importante source d'émission de gaz à effet de serre (GES) du pays, selon les dernières estimations d'Environnement Canada.

Lorsqu'il a témoigné devant le comité, le professeur de physique à l'Université de Montréal, Normand Mousseau, a voulu mettre en relief la contribution de l'industrie pétrolière aux changements climatiques. Mais il a promptement été rappelé à l'ordre.

«On m'a bien dit que ce n'était pas l'endroit pour parler, par exemple, des effets négatifs de l'exploitation des sables bitumineux, a relaté le professeur. Ce qu'on voulait entendre, c'était quelles étaient les retombées positives de l'industrie.»

Selon M. Mousseau, les conclusions de l'étude sont rendues «bancales» par le refus des parlementaires conservateurs d'étudier les effets négatifs de l'extraction du pétrole et du gaz.

«Un gaspillage de fonds publics»

Le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, abonde dans le même sens.

«C'est un gaspillage de fonds publics d'avoir un comité qui se penche seulement sur une dimension du pétrole, dénonce-t-il. C'est dans la même lignée que la campagne du gouvernement pour verdir l'image du pétrole bitumineux et promouvoir ce qu'ils appellent le «développement responsable des ressources. Ce rapport n'a aucune crédibilité, c'est prendre les gens pour des valises.»

Rapports dissidents

Des députés de l'opposition siègent au comité des ressources naturelles, mais tant le Nouveau Parti démocratique que le Parti libéral ont publié des rapports dissidents pour souligner leur désaccord avec leurs confrères du Parti conservateur. Ces derniers étant majoritaires, toutefois, ce sont eux qui ont guidé les principales orientations du rapport.

La députée du Nouveau Parti démocratique, Christine Moore, qui siège au comité, estime que ses collègues conservateurs tentent d'encourager l'industrie pétrolière, mais que leur démarche a tendance à lui nuire.

«Ça laisse l'impression que l'industrie a besoin de rapports bidon pour se défendre, qu'elle n'est pas capable de faire elle-même le travail d'exposer les bienfaits, les inconvénients et comment elle pallie aux inconvénients», estime la députée Moore.

Le député conservateur qui préside le comité, Leon Benoit, n'a pas rappelé La Presse.

Quant au ministre des Ressources naturelles, Greg Rickford, il a jusqu'à cet automne pour formuler une réponse officielle au rapport du comité.

«Nous apprécions le travail du comité et nous analysons le rapport avant de faire connaître notre réponse», a indiqué le ministre dans une déclaration écrite.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer