Le départ de la famille de réfugiés syriens parrainée par Philippe Couillard prouve que la stratégie libérale sur l'immigration est un «échec», a affirmé François Legault, mardi.

Publié le 28 août 2018
Martin Croteau LA PRESSE

Le premier ministre sortant a révélé lundi que la famille qu'il a accueillie dans sa circonscription de Roberval a quitté la région pour aller s'établir à Montréal. M. Couillard y a vu la preuve qu'il faut « poursuivre nos efforts d'attraction de l'immigration en région ».

Mais le chef de la CAQ a fait toute autre lecture des événements lors d'un passage à Québec, mardi.

« C'est une autre preuve de l'échec de M. Couillard, a dit M. Legault. Personnellement, il a accueilli des immigrants au Lac-Saint-Jean et ces immigrants ont choisi de s'en aller de la région. »

Le chef caquiste propose de réduire temporairement le nombre d'immigrants admis au Québec de 50 000 à 40 000 par année, afin d'améliorer leur intégration dans la province.

Cette prise de position lui a valu de vives critiques de M. Couillard, qui l'a personnellement ciblé pour la première fois de la campagne lundi.

M. Legault a retourné l'attaque contre le chef libéral.

« M. Couillard est la personne la plus mal placée pour parler d'immigration parce que c'est un échec, l'intégration des immigrants sous le gouvernement libéral, a-t-il affirmé. Je vous rappelle les chiffres : sur 50 000 nouveaux arrivants, on en perd 13 000. »

Plusieurs élus et gens d'affaires - notamment le maire de Québec Régis Labeaume - souhaitent accueillir davantage d'immigrants pour répondre à la pénurie de main d'oeuvre.

M. Legault convient que l'immigration est « une des solutions », mais pas la seule. Selon lui, il faut avant tout créer plus d'emplois « payants ». D'autant plus qu'à l'heure actuelle, « on a dépassé notre capacité d'intégration » des immigrants.

« Une des raisons importantes pour lesquelles ont en perd 13 000 sur 50 000, a dit M. Legault, c'est qu'on n'est pas capables de leur offrir des emplois aussi payants qu'en Ontario. »