Alors que la campagne électorale fédérale promet une atmosphère d'animosité entre les chefs de partis, la leader du Parti vert du Canada a lancé lundi un appel à ses rivaux pour tenter de trouver un terrain d'entente sur divers sujets chers aux Canadiens.

Publié le 28 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Elizabeth May a donné le coup d'envoi d'une campagne pour arriver à des consensus. À chaque jour cette semaine, elle mettra l'accent sur une problématique différente. La chef des Verts estime que les leaders politiques devraient arriver à s'entendre sur chacun de ces sujets.

Mme May a affirmé que le Canada ne progresserait pas tant et aussi longtemps que les politiciens seront sur le pied de guerre et prompts aux attaques personnelles, décourageant ainsi les citoyens de se rendre aux urnes.

Elle a soutenu qu'il était temps de prouver aux Canadiens que les politiciens peuvent arriver à s'entendre sur les sujets qui les touchent de près.

Le premier dossier abordé par Mme May concerne le chômage chez les jeunes. Selon elle, il faut tabler sur la formation en milieu de travail et l'aide pour le remboursement des dettes d'études.

La chef des Verts a argué que les jeunes Canadiens avaient eux aussi été touchés par la récente récession et qu'il fallait leur donner un coup de main pour qu'ils réussissent à décrocher un premier emploi.

«Ces jeunes sont à un tournant important de leur vie; la création d'une génération en mesure de contribuer et de participer pleinement à la vie socio-économique de notre pays est un bon investissement», a indiqué Mme May dans un communiqué, lundi.

La leader du Parti vert prévoit mener une campagne active en Colombie-Britannique, alors qu'elle espère se faire élire dans la circonscription de Saanich-Gulf Islands, détenue par le ministre conservateur Gary Lunn.