Le coroner nommé pour faire la lumière sur la mort des victimes de Lac-Mégantic a été médecin, pilote d'avion et major dans l'armée canadienne, en plus de détenir un baccalauréat en génie.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Au fil de sa carrière, Martin Clavet a accumulé des expériences qui font de lui un choix évident pour étudier la tragédie ferroviaire, selon des collègues.

«Quand j'ai su que c'était lui qui était là, je me suis dit que c'était le meilleur de nous tous pour le dossier», a affirmé Catherine Rudel-Tessier, une coroner basée à Montréal.

Martin Clavet est devenu coroner en 2011. Auparavant, il enquêtait sur les accidents d'avion dans l'armée canadienne et travaillait à leur prévention pour le Directeur de la sécurité des vols. Il a aussi été pilote au tournant des années 90, avant de devenir médecin.

«Quand je volais avec lui, c'était un individu très professionnel», s'est souvenu le colonel Yvan Choinière, dont la carrière a croisé celle de Martin Clavet.

Brillant et méticuleux

Officiellement, on a confié à M. Clavet le dossier de Lac-Mégantic parce qu'"il était de garde, disponible et très intéressé par le mandat», a indiqué Geneviève Guilbault, porte-parole du Bureau du coroner. «La coroner en chef l'a donc libéré de ses autres activités le temps de mener à bien cette opération.»

Mais pour ses collègues, il était le coroner tout désigné.

Selon Luc Malouin, son collègue est un peu un «coroner tout-terrain». «Martin est un méticuleux, un gars de terrain. C'est un gars très brillant, très qualifié, a-t-il affirmé. Il a fait beaucoup de crashs d'avions et d'hélicoptères, il est donc habitué à ce genre d'affaires.»

Son diplôme en génie «ne peut pas nuire» dans un contexte où de nombreux bâtiments se sont effondrés sur les victimes, a ajouté le conroner Malouin.

Dans le passé, Martin Clavet a dû faire la lumière sur un incendie survenu dans Beauport en 2012 qui a coûté la vie à deux personnes. Il a aussi enquêté sur la mort d'un parachutiste, Patrick Lamy, dont une pièce d'équipement avait entraîné la mort, en septembre 2011, dans le secteur Saint-Jean-Chrysostome.

Andrée Kronström, elle aussi coroner de l'organisation, a été chargée d'appuyer les familles. «C'est une femme d'un humanisme extraordinaire. C'est une soie, Andrée», a indiqué Luc Malouin.