Les journalistes de La Presse ont récolté trois prix au prestigieux Concours canadien de journalisme. Le quotidien avait obtenu neuf nominations.

Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Cette année, ce sont 926 candidatures provenant de 20 médias qui ont été soumises au concours national. Les lauréats ont été annoncés vendredi soir au cours d’une cérémonie virtuelle.

La journaliste Ariane Lacoursière a récolté le Prix E. Cora Hind qui récompense le journalisme spécialisé pour son travail de couverture de la santé, plus particulièrement de la COVID-19. « Au milieu de cette excellente couverture de COVID-19, les reportages d’Ariane se sont distingués par leur immédiateté, leur clarté et leur capacité à susciter l’empathie du lecteur », a indiqué le jury.

PHOTO LA PRESSE

Ariane Lacoursière

La chroniqueuse Isabelle Hachey a raflé le Prix William Southam pour son reportage élaboré « Cinq jours en zone rouge », un compte-rendu « à la fois émouvant et troublant » de son expérience en CHSLD. Isabelle Hachey était également sélectionnée dans la catégorie « Opinion ».

PHOTO LA PRESSE

Isabelle Hachey

Finalement, le journaliste Tristan Péloquin a remporté la catégorie « Texte explicatif » pour son article « Souriez, vous êtes filmés (et reconnus) », qui explique les risques et dangers associés aux technologies d’intelligence artificielle comme la reconnaissance faciale.

PHOTO LA PRESSE

Tristan Péloquin

C’est Tom Cardoso du Globe and Mail qui a récolté les honneurs de la soirée. Il a été nommé « Journaliste de l’année » pour son enquête sur le traitement biaisé des pénitenciers fédéraux à l’égard des personnes noires, autochtones et des femmes.

Neuf nominations

Pour l’éditeur adjoint de La Presse, François Cardinal, ces prix reflètent la pertinence des journalistes du quotidien. « Les prix récoltés sont précisément là où il était important d’en donner plus aux lecteurs en 2020. Ariane Lacoursière a travaillé tellement fort pour couvrir la santé. On a vu avec sa couverture impressionnante de la COVID à quel point il est précieux d’avoir des journalistes spécialisés », a-t-il remarqué.

Il a également souligné l’importance du travail de terrain, incarnée par le reportage d’Isabelle Hachey, et l’éloquence de Tristan Péloquin. François Cardinal, ancien éditorialiste en chef de La Presse, était lui-même en lice pour le prix Claude Ryan, qui récompense les meilleurs éditoriaux de l’année.

Les journalistes Gabrielle Duchaine, Caroline Touzin, Katia Gagnon et Jean Siag complétaient la liste de nommés du quotidien. Finalement, La Presse et sa salle de rédaction étaient finalistes dans la catégorie « Reportage soutenu » pour la couverture de la crise dans les CHSLD au Québec.

Jeudi, les journalistes de La Presse se sont démarqués lors de la cérémonie de remise des prix Judith-Jasmin de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), récoltant cinq prix et douze nominations.