Non, le compte Facebook de la Sûreté du Québec n’a pas été piraté. L’approche plus sarcastique dans ses échanges avec les internautes est volontaire. La Sûreté du Québec a décidé de changer de ton sur les réseaux sociaux dans l’espoir de mieux faire passer ses messages de prévention.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

La Sûreté du Québec a décidé de répondre du tac au tac aux internautes qui ne mettent pas de gants blancs pour commenter les publications du service policier provincial.

« Je suis d’avis que d’utiliser une approche plus sarcastique avec une pointe d’autodérision pour faire passer un message s’inscrit dans une nouvelle vision plus adaptée à la réalité », a gazouillé le directeur des communications, Guy Lapointe, dimanche après-midi.

La SQ a expliqué « son changement de ton » dans une publication partagée au même moment sur sa page Facebook, précisant qu’elle avait « fait le choix d’établir une ligne éditoriale qui est plus audacieuse », voire « corrosive », pour faire passer ses messages.

« Nous continuerons à répondre aux “trolls” et aux internautes qui cautionnent des comportements délinquants dans les commentaires qu’ils font sous nos publications », a ajouté la Sûreté du Québec sur sa page Facebook, dimanche après-midi.

Voir l’explication

Le corps policier reconnaît qu’une période d’adaptation sera nécessaire pour bien intégrer cette nouvelle façon de faire et s’assurer de ne pas dépasser les bornes. Il fait référence à une publication annonçant le début des vacances de la construction et appelant les automobilistes à la prudence, vendredi.

Un internaute a commenté : « wow plus de tickets, bravo ». Le gestionnaire de communauté de la Sûreté du Québec a répondu : « Ben oui. Plus de tickets pour ceux et celles qui ne respectent pas le Code de la sécurité routière. Ils mettront ça dans leur budget vacances ». À un autre internaute qui a écrit sur un ton moqueur : « […] Check le zinzin sur le radar », il a répondu : « Check le moron qui se prend pour Gilles Villeneuve ! »

« Vendredi dernier, un de nos gestionnaires de communauté est parti en échappé avec le clavier. 🤦‍♂️ Il est donc évident que de petits ajustements seront apportés sans pour autant changer la recette. 😉 », a admis la SQ, dimanche.

Les messages ont sans surprise suscité des réactions sur les réseaux sociaux. Des usagers craignent de voir les échanges déraper, d’autres dénoncent un manque de décorum. Certes les commentaires mordants détonnent avec les réponses normalement très formelles du corps policier auxquelles la population est habituée. Quoi qu’il en soit, la SQ n’entend pas changer de ton.

« Le temps nous le dira. Mais nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs jusqu’à maintenant », a répondu Guy Lapointe sur Twitter, précisant que « l’objectif n’est pas de répondre à la provocation, mais à ceux qui ridiculisent les messages de prévention qui visent à augmenter la sécurité des usagers du réseau routier ».

Dans la même veine qu’Hydro-Québec

La Sûreté du Québec emboîte ainsi le pas à Hydro-Québec, dont les commentaires passifs-agressifs sur les réseaux sociaux ont fait jaser (et surtout rire) ces derniers mois. Encore récemment, la société d’État a misé sur l’humour dans une nouvelle campagne de sensibilisation sur la dangerosité de s’approcher des fils électriques. En résumé, la vidéo met en vedette l’humoriste Simon Gouache qui joue le rôle d’un conférencier-démotivateur.

Les commentaires n’ont pas tardé à se multiplier sous la publication de la vidéo, au grand bonheur – on présume – du gestionnaire de communauté, qui répond avec la même pointe de sarcasme, qui amuse de toute évidence la communauté d’internautes.