Coin Saint-Denis et Roy, tout récemment. Temps magnifique, gros soleil. Pour les voitures qui circulent rue Saint-Denis, le feu est rouge.

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

C’est rouge pour la jeune cycliste qui monte Saint-Denis vers le nord…

Que nenni, pas pour elle : la voilà qui s’engage dans l’intersection, au mépris d’une voiture qui roule vers l’ouest rue Roy, et qui doit ralentir, puis arrêter…

La cycliste ne cesse pas de mouliner, elle contourne l’auto qui vient de s’arrêter dans l’intersection.

Klaxons, bruits de freins : elle n’a sans doute rien entendu non plus, puisque quand je la dépasse en voiture quelques secondes plus tard, la tête de la jeune femme dodeline au son des écouteurs enfoncés dans ses oreilles…

Je sais, je sais… Mes amis cyclistes vont me dire que ce n’est pas grave, qu’à tout prendre, ce sont les délinquants à quatre roues qui ont des conséquences funestes quand ils déconnent. Vrai.

Mais comment se fait-il que chaque jour, à vélo ou en auto, je constate des comportements dangereux de la part des cyclistes ? Des feux rouges grillés, des stops ignorés, des sens uniques remontés à contre-courant à une vitesse folle ?

J’insiste : chaque jour, je vois des cyclistes qui se magasinent une chaise roulante.

Exemple : dans mon coin, avenue Laurier, la circulation automobile est en sens unique vers l’est. De chaque côté de la chaussée, une bande cyclable. À chaque rue perpendiculaire, un stop pour les cyclistes…

Au pif, je dirais que 80 % des cyclistes se sacrent du stop, qu’une voiture, un piéton ou une mère avec sa poussette s’engage dans l’intersection ou pas : enweye, on contourne, comme la jeune femme au coin Roy et Saint-Denis, pas le temps de niaiser…

Ceux qui arrêtent, ou ralentissent ? L’exception de type exceptionnel.

Lundi matin, 6 h 45, je suis en voiture, au bout de ma rue, direction nord, j’arrive au T de la rue Saint-Grégoire où je m’apprête à tourner à gauche. Je regarde à gauche parce que le trafic automobile arrive de la gauche, un coup d’œil à ma droite me confirme qu’aucun piéton ne se trouve sur le trottoir…

Je suis prêt à m’engager quand un gars à BIXI roulant à tombeau ouvert sur le trottoir surgit à ma droite, là où il n’y avait personne une demi-seconde avant. Debout sur le BIXI, pour donner une idée de la prise de vitesse…

Un clin d’œil plus tard, et je coupais sa trajectoire. Au minimum, il aurait porté un dentier pendant un an…

Si une joggeuse matinale s’était engagée sur ledit trottoir en tenant pour acquis que personne n’est assez imbécile pour rouler en fou sur le trottoir, elle en aurait été quitte pour une belle commotion cérébrale…

Je l’ai dit hier : le vivre-ensemble, c’est aussi sur les routes. Le vivre-ensemble, c’est mettre de l’eau dans son vin. Oui, les automobilistes font des étourderies aux conséquences potentiellement plus désastreuses que celle des cyclistes. Mais dans les écarts de conduite cyclistes, il y a aussi des désastres d’image, de perception, de relations publiques.

Chaque fois qu’une cycliste fait une connerie, elle confirme des préjugés. Chaque fois qu’un cycliste fait une connerie et répond par un doigt d’honneur à un coup de klaxon bien mérité, il perpétue de petites haines qui nuisent à tous les cyclistes, même les plus civilisés et les plus respectueux d’autrui et du Code de la sécurité routière.

Ces petites haines nuisent à la cause du vélo, que ce soit dans l’absolu (réaménager l’espace urbain pour répondre aux besoins des cyclistes) ou dans le réel (la cohabitation sur l’asphalte).

Ce que je viens de dire plus haut est controversé, croyez-le ou non : pour plusieurs cyclistes, il n’y a pas lieu de critiquer les cyclistes tant que les automobilistes ne seront pas, eux, parfaits.

Hier, j’ai été inondé de courriels après le premier volet de cette chronique. La moitié portait sur cette certitude : les cyclistes sont sans foi ni loi. C’est exagéré, bien sûr. Mais des fois, les perceptions ne sont pas de la science-fiction.

Et au-delà de ces considérations de vivre-ensemble, il y a le vivre tout court. Tomber de son vélo, c’est extrêmement dangereux. On penserait que les comportements casse-cou sont rares, sachant cela…

Sauf que non.

Même à vélo, je suis quotidiennement témoin de bêtises de mes congénères à pédales. Sur la bande cyclable de Saint-Urbain, au sud de Sherbrooke vers le Quartier des spectacles, la côte est à pic. Je la descends sur les freins. Pas juste parce que c’est à pic, mais parce que deux édifices bordent la bande cyclable, à ma droite…

Et, juste là, à peine visible, entre les deux édifices : un parking, d’où entrent et sortent des voitures.

Il suffit donc d’un automobiliste distrait pour que je fasse un vol plané. La seconde que je perds en descendant sur les freins peut faire la différence entre arriver à La Presse indemne ou arriver au CHUM en ambulance.

Mais dans cette pente, je me fais dépasser par des cyclistes qui, eux, pédalent dans la descente pour aller plus vite : je soupçonne ceux-là d’êtres diplômés de l’École de cascades Bruce Willis…

Pour ceux qui textent en pédalant, une main sur le guidon, l’autre tenant l’iPhone, je ne sais pas s’ils peuvent regarder le téléphone d’un œil et la route de l’autre. Je sais qu’ils ont moins peur du manger mou de l’hôpital que moi. Idem pour ceux qui roulent de soir sans lumières.

Oui, le réseau cyclable est un bric-à-brac ; oui, les automobilistes doivent faire attention aux plus vulnérables sur les routes…

Mais les cyclistes doivent aussi modérer leurs transports. Ce sera bon pour nous, individuellement ; ce sera bon pour nous, cyclistes, collectivement, comme tribu qui est encore vue comme un corps étranger sur les routes.

Mauvais timing

J’ai écrit la première partie de cette chronique « Montréal à vélo » hier, en décrivant le danger constant de rouler dans cette ville, pour toutes sortes de raisons…

Dont l’état pitoyable de la chaussée.

Le même jour, le journaliste et animateur Alain Gravel se blessait sérieusement en faisant une chute sur une piste cyclable dans Cartierville (voir autre texte en écran 11). Il ne roulait pas vite, mais Alain n’a pas vu une bosse sur la piste, gracieuseté de racines d’arbres qui font des gondoles sur l’asphalte. Il est passé par-dessus son guidon, boum.

Score des courses : cinq côtes fracturées, un pneumothorax et un congé forcé qui risque de lui faire rater ses adieux à la barre de Gravel le matin, son émission matinale à la radio de Radio-Canada qui prend fin prochainement.

Prompt rétablissement, camarade.