Confrontés à une importante perte de revenus, les festivals qui font vibrer le Quartier des spectacles sonnent l’alarme. Les dirigeants de ces événements font front commun et réclament d’urgence une aide du secteur privé et une meilleure collaboration de la Ville de Montréal.

Mario Girard Mario Girard
La Presse

Dans une lettre publiée aujourd’hui dans notre section Débats, les directeurs des festivals et grands événements de Montréal décrivent une situation que l’on pourrait qualifier de paradoxale. Alors qu’il connaît une expansion sans précédent, le Quartier des spectacles fait la vie dure aux festivals.

« Le succès du Quartier des spectacles a créé un important déséquilibre qui met à risque des fleurons de notre métropole », peut-on lire dans cette lettre rédigée par Jacques-André Dupont, président-directeur général du Festival international de jazz de Montréal, des Francos de Montréal et de Montréal en lumière, un événement hivernal qui bat présentement son plein dans le Quartier des spectacles. La lettre est cosignée par cinq leaders du monde des festivals, du tourisme et des affaires.

La forte multiplication de bars et de restaurants dans ce quartier fait en sorte que les festivals ne peuvent plus tirer comme autrefois d’importants revenus de la vente de boissons et de nourriture. De plus, le boom immobilier qui transforme cette partie de la ville fait perdre de précieux espaces qui servaient il y a quelques années aux installations des festivals.

« Je veux que l’on se comprenne bien, nous sommes très fiers du succès du Quartier des spectacles, a déclaré Jacques-André Dupont, en entrevue avec La Presse. C’est une excellente nouvelle. Mais il y a un dommage collatéral à cela et c’est l’impact sur les événements gratuits. »

M. Dupont affirme qu’il a commencé à sentir les effets de ce « déséquilibre » il y a environ cinq ans. 

« Je me posais des questions sur nos revenus. Quand on s’est installé ici, en 1986, c’était un désert alimentaire. Il n’y avait même pas de foire dans le Complexe Desjardins. Et puis, on a vu arriver des restaurants et des bars par dizaines. C’est sûr que tout cela a un impact sur nos revenus. »

La plupart des événements gratuits présentés dans le Quartier des spectacles évoluent sur la base de quatre sources financières : les subventions gouvernementales, les commandites, les revenus aux guichets (pour les spectacles en salle) et les revenus autonomes liés à la vente de boissons et de nourriture. « Ces revenus qui étaient faits par notre OBNL étaient réinvestis à 100 % dans l’édition suivante. C’est comme ça qu’on a pu suivre la forte évolution de nos festivals », dit M. Dupont.

Les coûts reliés à l’installation du Festival de jazz tournent autour de 16 millions de dollars. L’événement reçoit 3 millions en subventions. « On doit ensuite trouver des commanditaires et obtenir des revenus autonomes si on veut assurer la gratuité au public, explique M. Dupont. Petit à petit, les revenus autonomes ont fondu. En ce moment, il y a environ 3 millions de dollars en revenus sur lesquels le Festival de jazz ne peut plus compter. »

Ce problème frappe tous les événements qui ont lieu dans le Quartier des spectacles. C’est pourquoi la lettre est également signée par Martin Roy, président-directeur général du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) – qui rassemble le festival Mode & Design, Montréal complètement cirque, Juste pour rire et le festival Nuits d’Afrique. La situation est à ce point critique que la lettre porte aussi la signature des dirigeants de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, de Tourisme Montréal, de l’Association des hôtels du Grand Montréal et du Partenariat du Quartier des spectacles.

Une aide des commerçants

Les signataires de la lettre n’hésitent pas à utiliser l’exemple de la crise qu’a connue le Grand Prix du Canada, en 2010, et qui a mené à la fameuse taxe d’hébergement payée par les clients qui fréquentent les hôtels de la métropole. 

« On s’est rendu compte du problème après l’édition de 2009. Les hôteliers se sont dit que ça n’avait pas de bon sens et qu’il fallait faire quelque chose. »

— Ève Paré, présidente-directrice générale de l’Association des hôtels du Grand Montréal

Sans véritablement connaître la solution au problème des festivals, Jacques-André Dupont évoque un modèle qui lui plaît beaucoup, celui de Tremblant. « Ils ont trouvé une manière de faire qui assure à la roue de tourner continuellement. Ils ont pris une entente avec tous les commerçants concernant une redevance d’animation, c’est-à-dire qu’une partie du montant qui apparaît sur la facture remise aux clients est réinvestie dans les événements qui font vivre Tremblant. »

Jacques-André Dupont reconnaît que la situation du Quartier des spectacles est beaucoup plus complexe, car trois sociétés de développement commercial (SDC) se partagent cette zone (Destination Centre-Ville, SDC Quartier latin et SD Boulevard Saint-Laurent). « Je crois sincèrement que les gens d’affaires comprennent la valeur de ce que nous apportons. Le problème, c’est qu’on n’a pas créé d’entente lors de la création du Quartier des spectacles. » Selon une étude réalisée par la firme KPMG consultée par La Presse, les retombées économiques des quatre grands festivals de Montréal (Festival de jazz, Francos, Juste pour rire et Montréal en lumière) s’élèveraient chaque année à 100 millions de dollars.

Chose certaine, les directeurs des festivals souhaitent conserver la gratuité des événements qui se déroulent dans le Quartier des spectacles. 

« Les touristes viennent à Montréal parce que c’est l’une des seules villes où des spectacles d’envergure sont gratuits. Les festivals, avec la personnalité de la ville et la gastronomie, font partie des grands attraits de Montréal. Il faut les protéger. » 

— Yves Lalumière, président-directeur général de Tourisme Montréal

Tourisme Montréal consacre chaque année 20 % de son budget, soit environ 10 millions de dollars, aux 45 festivals et événements de Montréal.

Grave problème d’espace

Depuis sa création en 2009, le Quartier des spectacles est une manne pour les promoteurs immobiliers. Une soixantaine de projets ont vu le jour en 10 ans. Cela représente 1,5 milliard de dollars en valeur immobilière nouvelle. Ces tours occupent des terrains qui étaient autrefois vacants. Ce boom a fait perdre de nombreux espaces qui étaient utilisés par les festivals.

« Ça, c’est l’autre partie du problème, dit Jacques-André Dupont. Nous sommes passés de 1 million de pieds carrés à 500 000 pieds carrés, explique-t-il en montrant, à titre comparatif, deux plans du Quartier des spectacles. Cette perte d’espace nous cause un problème pour l’aménagement des arrière-scènes. »

La Ville de Montréal a été mise au courant de cette situation. Une équipe travaille actuellement à un plan qui devrait aider les différents festivals à tenir leurs événements. « Des études ont été faites, explique M. Dupont. Je sais que la Ville discute avec des développeurs immobiliers pour conserver certains espaces afin d’accommoder les festivals. »

Pour le moment, la tenue des prochaines éditions des divers festivals n’est pas en jeu. Mais les signataires de la lettre souhaitent qu’un dialogue soit engagé très rapidement entre les parties. « S’il y a une leçon à retenir des difficultés du Grand Prix, c’est qu’il ne faut pas attendre que ça fasse mal, dit Ève Paré. Dans le cas des festivals, il faut agir maintenant. »

Jacques-André Dupont espère que des décisions seront prises avant que les festivals en arrivent à gérer une décroissance. « Il doit y avoir une prise de conscience réelle et collective. Le statu quo n’est pas une solution. Il faut un leadership solide pour assurer la pérennité de ce modèle et le succès de ce quartier. Au fond, tout le monde serait gagnant s’il y avait une collaboration. »

***

De nombreux projets en cours

Le spectaculaire essor que connaît le Quartier des spectacles depuis une dizaine d’années est loin d’être terminé. On a appris récemment qu’après des années d’attente, le projet Maestria sera enfin lancé sur le site de l’ancien Spectrum. Évaluées à 700 millions de dollars, les deux tours de plus de 50 étages offriront 1500 logements. Pendant ce temps, le Groupe Canvar érige une tour de 35 étages à l’angle du boulevard De Maisonneuve et de la rue De Bleury, qui va comprendre un hôtel de 140 chambres et 230 appartements à louer. Le promoteur Rachel Julien, de son côté, fait progresser la phase I du projet immobilier Laurent & Clark qui offrira des condos de luxe. C’est bientôt que sera officiellement inauguré le majestueux édifice de l’Îlot Balmoral, situé à l’angle de la rue De Bleury et du boulevard De Maisonneuve, qui abritera, entre autres, les bureaux de l’ONF. De même, malgré un important retard, les travaux du Carré Clark, qui offrira aux Montréalais une patinoire, progressent lentement, mais sûrement. Enfin, c’est très bientôt qu’on l’on pourra découvrir le Carré Saint-Laurent, dont le rez-de-chaussée accueillera une énorme foire alimentaire.