• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Nouvelle vague de suicides au Nunavik: «Une crise profonde» 
Source ID:f99e3948-aed7-40af-aa16-e07f2d250c4e; App Source:alfamedia

Nouvelle vague de suicides au Nunavik: «Une crise profonde»

Un nouveau nuage sombre survole le Grand Nord québécois. Au moins 10 résidants du village nordique de Puvirnituq ont mis fin à leurs jours depuis le début de 2018, une augmentation substantielle par rapport aux années précédentes.

La région est aussi plus largement touchée par une «crise» du suicide depuis quatre semaines, avertit le président de la commission scolaire locale dans une lettre obtenue par La Presse qui sonne l'alarme. «L'une des victimes n'avait que 11 ans», écrit-il, appelant à une «action collective d'urgence» et blâmant le manque de ressources.

Le nombre de victimes depuis le 1er janvier dernier à Puvirnituq, un village de 1800 habitants, équivaut au bilan annuel moyen pour toute la région, selon le journal local Nunatsiaq News.

Toutes proportions gardées, c'est comme si 11 000 Montréalais, l'équivalent de la Place Bell bondée, se donnaient la mort en 10 mois. Ce sont plutôt 200 Montréalais qui se suicident en moyenne chaque année.

«Nous sommes en situation de crise», dit Lucy Nowra, jeune femme originaire de Puvirnituq, lors d'un entretien avec La Presse.

Mme Nowra, qui réside actuellement dans le village voisin d'Inukjuak, connaissait plusieurs des personnes qui ont perdu la vie. «Il faut en discuter», a-t-elle aussi dit.

Annette Carrier, une autre résidante du Nunavik, a qualifié la situation de «terrible». «Il faut que quelqu'un aide les gens. Peut-être en surveillant ce qu'ils envoient sur Facebook», a-t-elle affirmé, soulignant qu'une victime récente avait donné des signes de détresse sur le réseau social.

Le ministre sortant des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, avait déjà regretté le manque de progrès sur ce plan. En offrant ses «condoléances aux familles et aux communautés concernées», il a qualifié la situation d'«énorme défi pour les années à venir». «Il faut miser sur les efforts collectifs, de la région et du gouvernement du Québec et du Canada pour adresser ce fléau», a-t-il ajouté.

«Crise profonde»

En 2016, la mort volontaire de cinq résidants du village de Kuujjuaq (2750 habitants) en autant de mois avait fait la manchette.

«Deux années sont maintenant passées, et la situation ne s'améliore pas», indique le président de la commission scolaire locale, Robert Watt, dans une lettre à son réseau. «Le Nunavik vit présentement une crise profonde et continue, pendant laquelle les habitants et les travailleurs de première ligne doivent vivre avec un niveau inadéquat de services et de ressources.»

M. Watt a souligné que les «suicides récents au Nunavik ont un impact énorme sur nos employés et sur le niveau de stress de nos élèves». Plusieurs des victimes étaient des jeunes adultes ou des enfants d'âge scolaire.

La lettre invite les leaders, les élus et les représentants gouvernementaux de la région à une réunion d'urgence à la fin du mois d'octobre.

Un arrêt de la vente d'alcool

Selon nos informations, la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik a aussi convoqué une réunion d'urgence vers la fin du mois.

Fabien Pernet, adjoint à la directrice générale de l'organisation, a confirmé que la Régie avait envoyé du soutien supplémentaire au village de Puvirnituq, notamment des ressources en santé mentale.

Muncy Novalinga, conseiller municipal du village, a indiqué que la communauté avait aussi mis en place ses propres outils.

«Nous avons des aidants naturels qui arrivent d'autres villages afin d'aider les victimes. Cette semaine même, nous démarrons un mouvement pour que chacun se rencontre : d'abord les pères, puis les jeunes, puis les mères.»

Puvirnituq a aussi suspendu la vente d'alcool dans le village au moins jusqu'à la fin du mois, selon le Nunatsiaq News. Il s'agissait de l'un des rares villages inuits à en autoriser la vente.

Le maire du village, Levi Amarualik, n'a pas voulu discuter de la situation avec La Presse.

Pas d'enquête publique

Contrairement à sa pratique habituelle des dernières années, le Bureau du coroner a refusé de rendre publique l'identité des personnes décédées. «Rien n'oblige le Bureau du coroner, en vertu de la loi, à révéler les identités en cours d'investigation», a affirmé Joannie Lambert-Roy, responsable des communications. La décision a été prise «par délicatesse», a-t-elle ajouté.

Il y a quelques semaines à peine, l'organisation avait été cuisinée par les avocates de la commission Viens (sur les relations entre le gouvernement et les autochtones) quant à l'absence d'enquête publique sur les suicides au Nunavik. Selon la commission Viens, 22 «vagues de suicides» ont touché la région depuis 2001.

Dans les dernières années, des coroners ont mené des enquêtes publiques sur un grand nombre de morts, incluant cinq suicides survenus en un an dans la réserve innue d'Uashat mak Mani-Utenam, près de Sept-Îles. Cette réserve compte deux fois plus d'habitants que Puvirnituq.

Cette fois-ci, aucune enquête publique n'a été déclenchée.

«Bien que l'enquête publique soit une option qui peut être considérée pour établir les causes et les circonstances de décès et formuler des recommandations, elle n'est pas la seule option. Il faut prendre le temps d'évaluer avec rigueur quelle option répondra au mieux à la problématique», a indiqué Mme Lambert-Roy. « [Il s'agit toutefois d']une situation sérieuse que nous surveillons de près avec nos partenaires», a-t-elle ajouté.

***

DES LIGNES D'AIDE

Si vous avez besoin de soutien ou avez des idées suicidaires, vous pouvez appeler un des numéros sans frais suivants pour parler à quelqu'un. 

Ligne d'aide Kamatsiaqtut : 1 800 265-3333 (inuktitut, anglais)

Ligne de crise des Pensionnats autochtones : 1 866 925-4419 (inuktitut, anglais, français)

Jeunesse, J'écoute : 1 800 668-6868 ou texte 686 868 (anglais, français)

Ligne 1-866-APPELLE au Québec (français)

Ligne d'écoute d'espoir pour le mieux-être des Premières Nations et des Inuits : 1 855 242-3310




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer