Recherche Voyage

Quels produits peut-on transporter dans les bagages en soute?

Les bagages qui vont en soute subissent des contrôles destinés à détecter les... (PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Les bagages qui vont en soute subissent des contrôles destinés à détecter les produits interdits, tels que les produits explosifs ou inflammables, les stupéfiants et les contrefaçons. Comment sont opérés ces contrôles? Les règles sont-elles standardisées dans le monde?

Quels sont les produits interdits dans les bagages qui vont en soute?

Pour des questions de sûreté, toutes les substances détonantes et déflagrantes (pétards, feux d'artifice, munitions, chaîne de mise à feu comme les détonateurs), les matières inflammables (y compris les petites bonbonnes de gaz de camping ou les briquets), les produits chimiques, les batteries au lithium.

En revanche toutes les armes sont autorisées à condition que le détenteur de l'arme respecte la règlementation (permis, déclaration aux douanes, emballage pour le transport) et que ces armes ne soient pas accompagnées de munitions (interdites en soute et en cabine)

Tous les couteaux et types de lames sont autorisés.

Quelles interdictions dans les bagages en cabine?

Toutes les armes à feu quelles qu'elles soient, toutes les armes blanches et les objets tranchants (rasoir, couteau de cuisine, hache...), tous les objets contondants (bâtons de baseball, de criquet, de hockey, instruments d'arts martiaux, matraques...) ainsi que les outils de travail (masses, perceuses, visseuses, burins...)

Les substances détonantes et déflagrantes, les matières inflammables (essence, gaz, peinture), tous les produits chimiques corrosifs.

Et enfin les armes factices.

Comment sont inspectés les bagages qui vont en soute?

Tous les bagages qui vont en soute sont contrôlés par le système EDS (Explosive Detection System), un scanner extrêmement puissant chargé de détecter les explosifs dans les bagages qui entrent en soute.

Si l'appareil détecte un produit suspect, un cliché est envoyé à un agent de sûreté aéroportuaire, travaillant pour une société privée, qui va le passer dans un détecteur encore plus pointu.

Si le doute n'est pas levé, le bagage est extrait, le voyageur convoqué et la gendarmerie du transport aérien (GTA) alertée.

Qui édicte les règles?

Deux articles de la Convention de Chicago, une règlementation de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), fixent la liste des matériaux interdits pour des questions de sûreté (ce qui touche à l'intégrité de l'individu) et des marchandises dangereuses pour des questions de sécurité (tout ce qui touche à l'intégrité de l'avion).

Sont-elles strictement les mêmes dans toutes les régions du monde?

Tous les pays respectent le socle règlementaire commun de l'OACI qui établit les bases de la sûreté aérienne internationale.

Mais chaque pays ou zone peut prendre des mesures complémentaires. Ainsi pour l'Europe, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a apporté d'autres mesures comme la limitation à 100 ml des liquides en cabine.

Qui contrôle les stupéfiants et les contrefaçons?

Ce sont les agents des douanes qui peuvent opérer des contrôles inopinés des bagages qui vont en soute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer