Recherche Voyage

Voyager sans manquer son avion

Combien de temps faut-il arriver à l'aéroport avant son vol? (Illustration Julien Chung, La Presse)

Agrandir

Illustration Julien Chung, La Presse

Partager

Combien de temps faut-il arriver à l'aéroport avant son vol? Tout dépend de la destination, souligne Manon Martel, directrice régionale (pour le Québec) de l'Association canadienne des agents de voyage (ACTA).

Pour un vol international, mieux vaut arriver entre deux et trois heures d'avance, surtout si les voyageurs ont des bagages à enregistrer. Pour ceux qui n'ont pas présélectionné leur siège, il s'agit également d'une bonne façon d'avoir une place intéressante à bord. À noter que plusieurs compagnies aériennes ferment le comptoir d'enregistrement une heure avant le départ. «Les passagers qui arriveront moins d'une heure avant peuvent se voir refuser l'embarquement», peut-on lire sur le site internet d'Air Transat.

Pour leur part, les voyageurs qui prennent un vol domestique, de Montréal à Vancouver, par exemple, peuvent se permettre de se présenter une heure seulement avant le décollage. Depuis le début du mois d'avril, l'enregistrement et l'acceptation des bagages pour les vols intérieurs d'Air Canada se terminent toutefois 45 minutes avant le départ au lieu de 30 minutes.

Et pour ceux qui souhaitent se rendre en sol américain à partir de la métropole? «En raison de la situation budgétaire aux États-Unis, le nombre de douaniers à l'aéroport est réduit, souligne Anne Marcotte, directrice des communications à Aéroports de Montréal. Un temps d'attente accru est à prévoir aux douanes américaines, particulièrement à l'extérieur de pointes (après 8h le matin).» Ainsi, en temps normal, le fait d'arriver deux heures avant le décollage est amplement suffisant. En raison de la situation, Mme Marcotte invite les voyageurs à consulter le site Internet de Montréal-Trudeau afin de vérifier s'il est nécessaire ou non de se rendre plus tôt.

Entre deux vols

Pour avoir l'esprit en paix quand notre itinéraire prévoit au moins une correspondance, combien de temps faut-il prévoir entre deux vols?

«Il y a plusieurs facteurs à évaluer, souligne Jean Collette, président de l'Association des agences de voyages du Québec. Il faut penser à la mobilité, au contrôle de sécurité, aux douanes, au changement de terminal (surtout dans les gros aéroports), à la récupération ou non des valises, aux conditions climatiques.» Au moment de l'achat des billets, les transporteurs suggèrent un «temps minimum légal», mais, selon M. Collette, il est toujours sous-évalué. «Nous [les agents de voyage] recommandons beaucoup plus que ce qu'ils recommandent.»

Il est toutefois bien difficile, pour les spécialistes du voyage interrogés, de donner un «temps standard idéal» entre deux vols. «C'est du cas par cas», indique Manon Martel. Par exemple, les voyageurs qui partent de Montréal pour se rendre en Amérique latine, mais qui doivent prendre une correspondance aux États-Unis, n'ont pas à passer les douanes en terre américaine puisqu'ils auront pu le faire en partant de la métropole, où se trouve un bureau des services frontaliers américains.

Ainsi, le processus entre les deux villes sera beaucoup plus rapide lorsqu'ils atterriront chez l'Oncle Sam. Par contre, au retour, il faudra prévoir plus de temps aux États-Unis. Les passagers au départ de l'Amérique latine devront passer par les douanes une fois en sol américain.

Les bagages

Le fait que les bagages soient automatiquement transférés dans le second avion, sans que les voyageurs aient à les récupérer, fait également gagner du temps. Il n'y a toutefois pas de règles précises concernant ce transfert. Le transport des bagages est la responsabilité des compagnies aériennes, souligne Anne Marcotte. Elle indique dans la foulée que chacune d'entre elles a ses normes.

«Tout dépend de la destination, s'il y a prédédouanement, de l'aéroport de correspondance, du pays, si la correspondance se fait avec le même transporteur ou pas», dit pour sa part Isabelle Arthur, porte-parole d'Air Canada. Miaux vaut donc s'informer au comptoir de son transporteur chaque fois que l'on part en voyage.

Que faire si vous manquez l'avion?

Rendez-vous d'abord au comptoir de votre compagnie aérienne.

- Si vous êtes arrivé trop tard à l'aéroport de départ, vous devrez racheter un billet.

- Si c'est un retard de vol qui vous a fait manquer une correspondance, votre transporteur a le devoir de vous trouver un siège à bord d'un autre appareil, le plus rapidement possible, sans que vous ayez à payer des frais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer