Recherche Voyage

Atterrir sans souffrir

On devrait toujours monter à bord avec de... (Illustration : Nathalie Samson, La Presse)

Agrandir

On devrait toujours monter à bord avec de la gomme à mâcher ou des pastilles dans leur bagage à main. L'objectif: avaler de la salive pendant que l'avion se met à descendre.

Illustration : Nathalie Samson, La Presse

Partager

Sur le même thème

Pour certains voyageurs, avion rime avec... oreilles bouchées. Et que dire des enfants qui, lorsque l'appareil amorce sa descente, se mettent à hurler de douleur en raison de la pression exercée sur leurs tympans. Si ce phénomène n'a rien d'anormal, il cause tout de même un inconfort.

Des trucs peuvent toutefois aider à minimiser ce problème qui survient le plus souvent souvent à l'atterrissage en raison d'une augmentation de la pression atmosphérique.

Bonne nouvelle d'abord : le fait qu'un enfant pleure en raison de la douleur ressentie à l'intérieur de ses oreilles peut l'aider à équilibrer la pression, souligne Dominique Trempe, directeur médical de la Clinique santé voyage de Montréal. Mieux vaut donc le laisser hurler, et ce, malgré les regards assassins que vous lancent les autres passagers. Les bébés éprouvent souvent ce genre de problème, car leur trompe d'Eustache n'est pas complètement formée.

L'idéal toutefois est d'éviter de se retrouver dans cette situation, histoire de demeurer dans les bonnes grâces de vos voisins de sièges. Ainsi, dès que l'agent de bord annonce le début de la descente, les parents devraient immédiatement donner à leur enfant un biberon ou une suce, afin qu'il puisse avaler. «Mais quand le bébé dort, on ne le réveille pas, insiste le Dr Trempe. On le laisse tranquille.»

Quant à eux, les adultes qui souffrent du même problème devraient toujours monter à bord avec de la gomme à mâcher ou des pastilles dans leur bagage à main. L'objectif: avaler de la salive pendant que l'avion se met à descendre. «Pour équilibrer l'air à l'intérieur de l'oreille, les gens peuvent également se pincer le nez et souffler de l'air dans leurs oreilles, dit le Dr Akram Rahal, oto-rhino-laryngologiste à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont. C'est la manoeuvre de Valsalva.» On peut également utiliser un vaporisateur décongestionnant.

Si l'on se permet de laisser les enfants dormir, le Dr Rahal conseille aux voyageurs adultes d'être réveillés pendant l'atterrissage. Endormis, les gens sont moins alertes et ne peuvent pratiquer les différentes techniques pour prévenir les oreilles bouchées.

Une fois à destination

L'avion a enfin touché le sol, le petit dernier a cessé de pleurer et votre famille et vous êtes impatients de découvrir Orlando. Mais vous êtes au carrousel à bagages et vos oreilles sont toujours bouchées. Patience, elles peuvent rester dans cet état 24 à 48 heures. «Par contre, s'il y une perte d'audition importante, si les gens ont des vertiges ou entendent un sifflement, il faut consulter un médecin», prévient le Dr Rahal.

L'avion et les otites

Vous vous envolez demain pour Londres et voilà que vous souffrez d'une otite. Pouvez-vous prendre l'avion? Oui. «Il n'y a pas de contre-indication (ni pour les adultes ni pour les enfants), assure le Dr Akram Rahal. Souvent, si l'oreille est pleine de liquide, les gens ont moins de problèmes avec l'augmentation de la pression atmosphérique.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer