• Accueil > 
  • Voyage > 
  • Nouvelles 
  • > Sécurité dans les aéroports: voyageurs, ayez des appareils chargés 
Recherche Voyage

Sécurité dans les aéroports: voyageurs, ayez des appareils chargés

Les voyageurs qui sont choisis pour une vérification... (photo matthew staver, archives the new york times)

Agrandir

Les voyageurs qui sont choisis pour une vérification aléatoire devront peut-être allumer leurs appareils électroniques et ceux-ci doivent être fonctionnels, donc chargés.

photo matthew staver, archives the new york times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis hier, des mesures de sécurité supplémentaires s'appliquent à l'ensemble des voyageurs qui montent à bord d'un avion au départ des aéroports Montréal-Trudeau et Jean-Lesage de Québec. Les passagers qui ont des appareils électroniques doivent notamment s'assurer qu'ils sont chargés pour pouvoir être vérifiés, sans quoi ils pourraient rester sur le plancher des vaches. Explications.

APPAREILS ÉLECTRONIQUES 

Les nouvelles mesures supplémentaires demandées par Transports Canada suivent celles imposées par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis. Elles intensifient notamment la vérification des appareils électroniques personnels, incluant les téléphones. Les vérifications sont aléatoires, aux points de contrôle.

RESPONSABILITÉS DU VOYAGEUR 

Les voyageurs qui sont choisis pour une vérification devront peut-être allumer leurs appareils électroniques et ceux-ci doivent être fonctionnels, donc chargés. « Nous devons nous assurer que l'appareil n'a pas été modifié », explique Mathieu Larocque, porte-parole de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), qui applique les directives de Transports Canada. Votre tablette n'est plus qu'à 4 % de sa capacité ? Aucun souci, tant que l'agent peut faire ses vérifications. Par contre, si elle est complètement déchargée et ne peut s'allumer au moment de la vérification, elle ne pourra passer le point de contrôle.

QUE FAIRE AVEC UN APPAREIL DÉCHARGÉ ? 

« Il y a des prises de courant près des points de contrôle », note Mathieu Larocque. Encore faut-il que le passager ait son fil avec lui. Si ce n'est pas le cas, il peut retourner au comptoir de sa compagnie aérienne et enregistrer son appareil électronique, avec les frais qui s'appliquent aux bagages enregistrés, s'il y en a, et les délais que cela impose. Autres options : laisser le téléphone dans la voiture si cela est possible, propose Mathieu Larocque, ou se procurer un fil dans une boutique de l'aéroport, recharger son appareil et recommencer le processus de contrôle, si le passager a le temps de le faire.

PEUT-ON CONTOURNER LA MESURE ? 

Tous les voyageurs doivent présenter leurs appareils sur la demande d'un agent. Un petit malin pourrait-il prétendre aller enregistrer son appareil et simplement changer de file au point de contrôle, en espérant ne pas être choisi pour une vérification aléatoire par un autre agent ? Le porte-parole de l'ACSTA ne donne pas de détails sur les procédures « pour des raisons de sécurité ».

TOUS LES AÉROPORTS

Ces nouvelles règles sont appliquées depuis une semaine dans les principaux aéroports canadiens, dont l'aéroport Montréal-Trudeau, pour les passagers qui volent vers une destination américaine. Elles s'appliquent désormais à tous les voyageurs qui prennent un avion vers une destination canadienne ou internationale. Dès le 4 août prochain, les nouvelles mesures supplémentaires vont être mises en place dans tous les aéroports canadiens, petits et grands, qui ont des services de contrôle de l'ACTSA. Il y en a 89 au pays. Un aéroport comme celui de Saint-Hubert est donc exclu.

DÉLAIS 

L'ACTSA refuse de dévoiler combien de vérifications quotidiennes vont être faites sur les appareils électroniques des voyageurs, mais confirme qu'aucune ressource supplémentaire n'est prévue pour faire ces nouveaux contrôles. Plus de vérifications, faites par le même nombre d'employés, mais aucun délai supplémentaire pour les voyageurs, constate Mathieu Larocque. « La mesure est en place depuis une semaine pour les vols vers les États-Unis et il n'y a eu aucun impact sur les temps d'attente », dit-il. En après-midi hier, aucun délai supplémentaire n'avait été observé dans les aéroports qui ont mis en place les nouvelles mesures, toujours selon l'ACTSA. « Les passagers doivent arriver au moins trois heures avant leur vol pour compléter les contrôles de sûreté et d'enregistrement, rappelle toutefois Marie-Claude Desgagnés, porte-parole d'Aéroports de Montréal. Afin de leur éviter de mauvaises surprises, Mme Desgagnés conseille aux passagers de consulter les temps d'attente sur le site web ou l'application de l'ACTSA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer