Recherche Voyage

Suivez le guide à Whistler-Blackcomb

Le domaine skiable de Whistler-Blackcomb est si vaste qu'il faudrait des... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

Partager

Le domaine skiable de Whistler-Blackcomb est si vaste qu'il faudrait des semaines pour le parcourir en entier. Une belle façon d'en profiter au maximum, en fonction de ses envies et des ses aptitudes, c'est de l'explorer en compagnie de guides pour qui les montagnes n'ont plus aucun secret.

> En photos: Suivez le guide à Whistler-Blackcomb

Il y a plus de neuf ans que Max n'a pas senti le chaud soleil de l'été. Cette année, il vit son 19e hiver en neuf ans. À l'arrivée de la saison estivale dans l'hémisphère Sud, l'Australien quitte en effet son pays pour venir travailler à Whistler. Et il n'est pas le seul: Matt a pour sa part fait l'aller-retour entre l'Océanie et l'Amérique pendant six ans avant de s'y installer pour de bon au Canada.

Max Isaac et Matt Mohr font partie de l'équipe de guides de la station de ski Whistler-Blackcomb. Ils connaissent les deux montagnes comme le fond de leur poche. En leur compagnie, les skieurs découvrent des facettes cachées de la station et s'aventurent dans des pistes qui n'existent même pas sur le plan du centre.

Avant de commencer leur journée, les guides s'informent toujours des désirs de leurs clients: poudreuse, glaciers, descentes abruptes, vues panoramiques, pistes faciles, parcs à neige... Ils essaient ensuite de plaire à tout un chacun.

Lorsque Matt accompagne des skieurs de bon calibre, il se dirige presque inévitablement vers la piste Spanky's Ladder, sa préférée. «Elle est à pic, il y a beaucoup de poudreuse et elle offre un bon défi», explique-t-il avec son fort accent australien. Pour des sensations fortes, la piste Couloir extrême ne laisse pas sa place. Le Skiing Magazine a d'ailleurs classé cette piste parmi les 10 les plus abruptes en Amérique. Du haut de cette descente, son nom prend tout son sens.

Matt et Max ne guident pas que des skieurs expérimentés. Les pistes pour débutants et intermédiaires sont aussi impressionnantes par leur hauteur. «Le secteur Olympic Station, sur Whistler, regroupe plein de pistes faciles. Le Tapis magique est aussi incroyablement long, ce qui fait en sorte que c'est facile d'enseigner le ski rapidement à ceux qui sont moins habitués. C'est parfait pour les débutants», précise Max.

Pour skier avec des guides, il faut prévoir entre 549$ et 659$ par jour pour cinq personnes. C'est cher, mais ça vaut le coup. Des tarifs sont aussi offerts pour les demi-journées. En plus de montrer les plus beaux endroits des deux montagnes, les guides prodiguent quelques conseils pour que les skieurs améliorent leur technique. Ils tournent aussi des images, que les skieurs regardent tous ensemble autour d'une bière à la fin de la journée.

Dans bien des stations de ski du Québec, le tarif horaire d'une leçon est d'ailleurs plus élevé.

D'un pic à l'autre

Whistler-Blackcomb est de loin la plus importante station de ski du pays. Cet immense terrain de jeux profite d'ailleurs des grâces de Dame Nature depuis trois ans: la neige arrive tôt en saison et les tempêtes sont fréquentes tout l'hiver. À la mi-décembre, alors que le Québec attendait sa première bordée, Whistler avait déjà reçu quatre mètres d'or blanc.

Si la neige est un cadeau du ciel, ce n'est pas le cas du brouillard. Très souvent, une brume épaisse réduit la visibilité sur un tiers de la station. Le paysage devient tout blanc et la ligne d'horizon est alors difficile à distinguer. Attention! Dans ces conditions, certaines personnes peuvent avoir le tournis! Pour éviter ces sensations d'étourdissement et de vertige, il suffit de skier un peu moins en altitude.

Lorsque le soleil réussit à percer le brouillard, les skieurs affirment que le sommet est comparable au septième ciel, d'où le nom donné à l'une des 37 remontées mécaniques. Lors de ces journées pleines de lumière, embarquer dans la Peak-2-Peak est une expérience spectaculaire. Cette télécabine, installée pour les Jeux olympiques de 2010, bat à elle seule deux records du monde: c'est la télécabine perchée le plus haut, à 436 m au-dessus du sol, et elle parcourt la plus grande distance sans croiser de pylône (un peu plus de 3 km).

En tout, 28 cabines se déplacent d'une montagne à l'autre. Si vous le pouvez, choisissez une cabine grise plutôt qu'une rouge. Il n'y en a que deux et leur plancher est vitré, ce qui rend le trajet encore plus impressionnant.

Certains skieurs doutaient de l'utilité d'investir 51 millions de dollars pour mettre en place la Peak-2-Peak. Maintenant, plus personne ne s'en passerait. Lorsqu'un sommet est ensoleillé et que l'autre ne l'est pas, on peut changer de montagne en 11 minutes.

_______________________________

Peak to Creak en trois chiffres

11 km

La piste la plus longue de Whistler-Blackcomb

4 min

Le temps qu'un skieur de haut niveau met pour descendre la piste

40 min

Le temps minimum dont a besoin un skieur intermédiaire pour se rendre du sommet à la base

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer