Recherche Voyage

Bons plans à Gênes

L'ascenseur de Castelletto... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale)

Agrandir

L'ascenseur de Castelletto

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Béatrice Leproux

Collaboration spéciale

La Presse

Calée entre les Apennins et la mer, à flanc de montagne, l'une des plus grandes puissances maritimes de la Méditerranée et l'ancienne rivale de Venise regorge de curiosités.

Pour faire une ascension: Les funiculaires

Douze ascenseurs et funiculaires relient les hauteurs de la ville et ses panoramas. Celui de Castelletto (1904) conduit à une ravissante esplanade arborée qui offre une vue à 360 degrés sur les coupoles baroques et les tours médiévales jusqu'au port et à la mer. Montegallett, lui, parcourt une portion à l'horizontale avant de se hisser à 70 mètres jusqu'au Castello d'Albertis et au Museo delle Culture del Mondo. Favori des randonneurs avec ses 278 mètres de dénivelé, le funiculaire à câble Zecca-Righi (1897) prévoit sept arrêts entre le centre historique et la ligne de crêtes et des forts. Quant à l'ascenseur panoramique et rotatif Le Bigo, il hisse le visiteur en musique à 40 mètres au-dessus du port.

Les Palazzo Rosso et Palazzo Blanc... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Les Palazzo Rosso et Palazzo Blanc

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Voir l'une des plus belles rues d'Italie: Les palais de la via Garibaldi

Une douzaine de palais Renaissance érigés entre le XVIe et le XVIIIe siècle bordent la via Garibaldi, ancienne strada Nuova. Pour avoir le privilège de bâtir sur cette avenue privée, leurs propriétaires devaient offrir l'hospitalité aux visiteurs d'État et autres délégations étrangères. Selon leur rang, ces nobles invités étaient hébergés dans l'une des 150 demeures sélectionnées: c'était le système des palais des Rolli. Classés au patrimoine mondial de l'Unesco en 2006 pour une quarantaine d'entre eux, très peu sont restés la propriété des grandes familles génoises. Via Garibaldi, trois ont été légués à la Ville et révèlent au public des fresques somptueuses et d'exceptionnelles toiles de maîtres.

Le port... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale) - image 3.0

Agrandir

Le port

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Pour se rendre au port: Les ruelles du quartier médiéval

Étroites et pittoresques, les caruggi (ruelles) semblent enfoncées entre de hauts édifices qui les abritent du soleil. Entre petits magasins et échoppes aux étals gourmands et colorés surgit un linteau de pierre ouvragé, une Vierge réfugiée dans une niche... De fresques en sculptures, les ruelles mènent au plus grand port d'Italie, promenade préférée des Génois depuis sa réfection en 1992 à l'occasion de la célébration du 500e anniversaire de la découverte de l'Amérique par Colomb, un enfant de Gênes.

Une creuze... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale) - image 4.0

Agrandir

Une creuze

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Une balade dans les hauteurs: Les passages des villas

Les creuze, ces venelles étroites et très pentues, reliaient autrefois la mer à l'arrière-pays. À flanc de colline, pavées de briques anciennes joliment disposées sur leur tranche d'où s'échappent des touffes d'herbe, elles desservent de grandes et belles villas pour la plupart transformées en appartements. Il y flotte de délicieux parfums de glycine et de lessive. Des lézards verts courent le long des hauts murs d'où débordent citronniers et bougainvilliers. Au hasard d'un portail entrouvert, on découvre de vastes jardins fleuris. Le haut de la colline découvre les tours d'un castello, le port et la mer.

La confiserie Pietro Romanengo... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale) - image 5.0

Agrandir

La confiserie Pietro Romanengo

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Goûter les délices locaux: Se régaler dans les échoppes anciennes 

La capitale du pesto et de la focaccia soigne d'autres commerces traditionnels: fabricant de cravates ou des typiques mezzari génois (ces carrés de tissus imprimés), orfèvre, chocolatier, pâtissiers... Depuis le XVIe siècle, quand les collines étaient couvertes de vergers et le commerce de sucre des Amériques était florissant, la maison Pietro Romanengo produit des fruits confits. À l'Antica Poleria (1910), les oeufs sont présentés sur le comptoir de marbre blanc dans du papier fermé par une ficelle et leur fraîcheur et leur qualité vérifiées grâce à un très ancien et ingénieux système de miroirs et d'éclairage, le specchiauovo. Des boutiques historiques si nombreuses et précieuses que la ville s'est dotée d'une liste officielle.

La plage de Boccadasse... (Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale) - image 6.0

Agrandir

La plage de Boccadasse

Photo Béatrice Leproux, collaboration spéciale

Pour se baigner en ville: Escapade sur la Riviera

Depuis que Mussolini a rattaché les petites localités insoumises à la commune, Gênes s'étale sur 30 kilomètres de côtes. Au-delà du Porto Antico vers l'est, au bout de la promenade de Corso Italia, le bourg de Boccadasse est accessible en 45 minutes de marche. Sa petite plage de galets aux bateaux de pêche est envahie de Génois et de touristes dès les beaux jours. Le train qui part du centre-ville mène à Nervi, petite ville balnéaire coquette avec ses somptueuses villas et ses boutiques de créateurs de mode. Là, une longue promenade longe le bord de mer, bordant d'un côté des piscines naturelles dans les rochers, de l'autre quelques bars et un parc luxuriant. Au-delà du cap de Santa Chiara apparaissent Vernazzola et Porto Fino avec leurs demeures du XVIIIe siècle tombant à pic sur la mer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer