Les anciens fumeurs plus à risque d'un cancer du poumon 15 ans plus tard

Les anciens fumeurs demeurent plus à risque de souffrir d'un cancer du poumon... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Les anciens fumeurs demeurent plus à risque de souffrir d'un cancer du poumon 15 ans et plus après avoir grillé leur dernière cigarette, selon une étude américaine publiée récemment par le Journal of Thoracic Oncology.

L'auteure de l'étude, la docteure Ping Yang, du Centre de cancérologie de la clinique Mayo, recommande que les tests de dépistage soient élargis au-delà des règles actuelles, qui les recommandent pour les fumeurs ou les anciens fumeurs qui ont écrasé depuis 15 ans ou moins.

L'étude réalisée par la docteure Yang et ses collègues a déterminé que les sujets qui ont cessé de fumer depuis 15 à 30 ans représentent le plus important pourcentage de patients ayant souffert d'un cancer du poumon mais n'ayant pas profité d'un test de dépistage.

L'incidence de cancer du poumon au sein de ce sous-groupe était plus élevée qu'au sein d'autres sous-groupes, a-t-elle précisé.

Elle a ajouté qu'il est faux de croire que l'incidence de cancer du poumon après autant d'années sans fumer sera si faible qu'elle sera à peine mesurable, et qu'il faudrait donc porter attention aux fumeurs qui ont écrasé depuis 15 ans et plus.

La docteure Yang estime qu'il est important de revoir les critères de dépistage au fur et à mesure que chute le taux de tabagisme au sein de la population.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer