Des hommes consomment trop de suppléments destinés aux sportifs

Plus de 40% des participants ont reconnu que... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Plus de 40% des participants ont reconnu que leur recours à ces suppléments a augmenté au fil du temps, tandis que 22% d'entre eux ont admis avoir remplacé un repas par ces suppléments - même si ceux-ci ne sont pas conçus pour être des substituts.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Montréal

Certains hommes consomment des quantités si élevées de suppléments destinés aux sportifs qu'ils ont dû être hospitalisés pour des problèmes hépatiques ou rénaux, révèle une étude présentée à Toronto lors de l'assemblée annuelle de l'American Psychological Association.

La consommation excessive de tels suppléments correspond essentiellement un nouveau trouble de l'alimentation, ont dit les auteurs Richard Achiro et Peter Theodore, de l'Université internationale de Los Angeles.

Leur étude a porté sur quelque 200 hommes âgés de 18 à 65 ans qui avaient consommé des suppléments comme la créatine, la protéine du petit-lait ou la l-cartinine au cours des 30 derniers jours et qui s'entraînaient au moins deux fois par semaine pour améliorer leur santé ou leur apparence physique.

Plus de 40% des participants ont reconnu que leur recours à ces suppléments a augmenté au fil du temps, tandis que 22% d'entre eux ont admis avoir remplacé un repas par ces suppléments - même si ceux-ci ne sont pas conçus pour être des substituts.

Pire encore, 8 pour cent des sujets ont confié que leur médecin de famille leur a demandé de réduire leur consommation de suppléments en raison d'effets secondaires potentiellement néfastes, et 3% ont dû être hospitalisés pour des problèmes au foie ou aux reins.

Le tiers des hommes interrogés ont reconnu être préoccupés par leur propre consommation de ces suppléments.

Le docteur Achiro a expliqué que les hommes semblent motivés à surconsommer ces suppléments par différents facteurs, y compris une insatisfaction face à leur image corporelle, un manque d'estime de soi et l'impression qu'ils ne correspondent pas à l'image masculine dictée par la culture moderne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer