• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé > 
  • Enfants 
  • > Coucher son enfant à heures fixes contribue à un bon développement cérébral 

Coucher son enfant à heures fixes contribue à un bon développement cérébral

Des recherches anglaises montrent que le développement cérébral des jeunes... (PHOTOS.COM)

Agrandir

PHOTOS.COM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
RelaxNews

Des recherches anglaises montrent que le développement cérébral des jeunes enfants peut dépendre d'un horaire de coucher régulier.

Des scientifiques de l'University College de Londres ont trouvé que le manque de rigueur sur l'heure du coucher au quotidien pouvait avoir des effets sur l'horloge biologique de l'enfant et par conséquent les aptitudes cérébrales à se souvenir et à enregistrer de nouvelles informations.

Leurs résultats ont montré que les effets étaient particulièrement frappants chez les petits de trois ans. Les enfants de cette classe d'âge avaient de moins bons résultats en mathématiques, en lecture et en repérage dans l'espace que les petits du même âge qui se couchaient tous les jours à la même heure.

«Trois ans semble être l'âge où l'on perçoit les effets les plus importants», a noté la chercheuse Amanda Sacker.

«Si un jeune enfant se couche à des horaires irréguliers, il ne synthétise pas toutes les informations autour de lui et aura plus de difficultés lorsqu'il sera plus grand», et d'ajouter, «cela lui fait prendre une direction plus compliquée».

Amanda Sacker et son équipe ont analysé des données de 11 178 Anglais alors âgés de sept ans qui entrent désormais dans l'adolescence.

Alors que l'heure à laquelle les enfants se couchaient n'avait que très peu voire aucune conséquence sur leur performance à différents tests, le fait de ne pas avoir d'horaire de coucher fixe influait grandement sur les résultats.

Les résultats étaient plus significatifs pour les filles. En effet lors de tests passés à l'âge de trois, cinq et sept ans, les filles ayant des horaires de couchers moins fixes enregistraient de moins bons résultats que leurs camarades. Pour les garçons moins bien réglés, leurs résultats aux tests étaient moins bons dans deux catégories d'âge sur trois.

Cette étude est parue en ligne le 8 juillet dans Journal of Epidemiology and Community Health.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer