La fièvre du cerceau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la plupart d'entre nous, le hula-hoop évoque un jeu d'enfance ou encore un art du cirque haut en couleur. Profitant du passage de la «hula-hoopeuse» américaine Luna Brie Blakeman au festival Wanderlust de Tremblant tenu fin août, La Presse s'est initiée à cette activité à la fois ludique et exigeante physiquement, à laquelle on devient vite accro!

Retrouver l'enfant en soi

C'est par une chaude journée ensoleillée que nous avons rejoint un groupe d'une trentaine de personnes rassemblées dans le cadre du festival Wanderlust, à Mont-Tremblant, afin de s'initier à l'art du hula-hoop en compagnie de Luna Brie Blakeman.

D'emblée, la professeure et artiste de cirque de Portland, en Oregon, invite les participants à retrouver leur coeur d'enfant l'espace d'une heure et demie. «Ce n'est pas important si votre cerceau tombe, si vous ne réussissez pas une figure ou si quelqu'un d'autre est meilleur que vous! Ce que j'aimerais, c'est que vous vous amusiez à jouer avec le cerceau, comme vous l'avez sans doute fait lorsque vous étiez enfant!»

Première mission: faire tout simplement tourner le cerceau sur nos hanches et laisser la gravité faire son oeuvre sans bouger, question de constater que, une fois l'élan donné, le hula-hoop a sa propre vie. «Il faut apprendre à écouter le cerceau et à suivre son mouvement», conseille la professeure.

Dans l'heure qui suivra, le groupe apprendra plusieurs figures et transitions: faire tourner le cerceau sur les hanches, marcher et danser, faire des «squats» en l'arrêtant d'un côté et de l'autre, le faire tourner autour d'une main, puis de l'autre, le faire tournoyer autour du corps avec ses mains, et ainsi de suite.

Un entraînement efficace et amusant

Premier constat: l'art du hula-hoop est moins difficile qu'appréhendé. Avec quelques indications et explications, il est rapidement possible de réussir quelques figures et de s'amuser, et ce, tout en activant les muscles du corps et le cardio. D'ailleurs, après la classe, nos muscles endoloris nous ont prouvé que nous avions bien travaillé.

«Le hula-hoop est vraiment accessible, peu importe notre type de corps, notre taille ou notre condition physique», lance Luna Brie Blakeman, avec qui La Presse a discuté après la classe.

«L'essentiel du hula-hooping, c'est d'explorer et de jouer, ce qui en fait un exercice populaire, beaucoup moins ennuyeux que de courir sur un tapis roulant!»

La jeune femme, une artiste du cirque actuellement en tournée avec le festival Wanderlust, pratique le hula-hoop depuis 10 ans. Elle qui n'était aucunement sportive ou entraînée dans quelque discipline que ce soit a commencé le cerceau parce qu'elle trouvait tout simplement que ça semblait «le fun». Elle est immédiatement devenue accro. Aujourd'hui formée en danse contemporaine et en art du cirque, elle se produit sur scène un peu partout à travers le monde.

«Les gens pensent souvent que j'étais une danseuse ou une artiste du cirque au départ, mais pas du tout! Le hula-hoop m'a donné la confiance pour faire tout le reste», note-t-elle.

Il faut utiliser le mouvement du hula-hoop pour... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Il faut utiliser le mouvement du hula-hoop pour provoquer différents effets, mais aussi pour mieux le contrôler.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Une activité efficace

À travers ses différents voyages, elle remarque à quel point l'engouement pour le hula-hoop a décuplé en une décennie. Car en plus de son côté ludique, qui attire bien des gens, l'art du cerceau est aussi une activité physique vraiment efficace... qu'on pratique parfois sans même se rendre compte de l'effort déployé. En effet, concentré à tenter de réussir un mouvement, on ne voit pas passer le temps. «C'est complètement addictif!», résume la jeune femme.

Aujourd'hui, de plus en plus de gens abordent le hula-hoop non seulement comme une activité d'agilité et d'adresse, mais aussi comme un entraînement. «Beaucoup de gens se tournent vers le hula-hoop pour perdre du poids», confirme Nathalie Veilleux, propriétaire du studio Vert Prana, un endroit reconnu pour ses cours de hula-hoop à Montréal.

«C'est une activité qui demande beaucoup d'énergie. Tu peux brûler 100 calories en 10 minutes!»

«Et plus tu t'améliores, plus tu bouges longtemps avec ton cerceau et plus c'est fatigant. C'est vraiment une bonne façon de se mettre en forme et d'avoir du fun», ajoute Mme Veilleux.

La pratique du hula-hoop a en effet plusieurs bénéfices: elle contribue à améliorer l'équilibre, l'agilité, la grâce et la coordination, elle travaille le cardio et renforce les muscles de l'abdomen, des bras et du dos, en plus d'assouplir le bassin.

Méditation en mouvement

Mais pour Luna Brie Blakeman, il y a plus. Le cerceau devient aussi cet espace où se retrouver avec soi-même ou méditer. «Au fil du temps, le hula-hoop est devenu pour moi une "safe place", un endroit où je pouvais me réfugier. Lorsqu'on est assez à l'aise avec les mouvements, le hula-hoop devient un "flow", où on bouge sans réfléchir à ce qui vient par la suite. C'est une méditation en mouvement, où on peut rétablir le contact avec l'essentiel, avec soi.»

Le hula-hoop est ainsi une belle métaphore de la vie et des épreuves qu'on peut y traverser, croit la jeune artiste. «Évidemment, ça peut être frustrant, comme l'est parfois la vie. Tu dois accepter que le cerceau tombe par terre, comme dans la vie, où il y a des hauts et des bas. Mais c'est ce qui aide à donner de la perspective et à apprécier les hauts.»

On peut éviter les problèmes avec une pratique... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

On peut éviter les problèmes avec une pratique équilibrée en effectuant ses figures et rotations dans les deux directions.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

S'initier au hula-hoop

Ça y est, la fièvre du hula-hoop vous a piqué? Voici quelques conseils et informations pour faciliter votre initiation à cette activité physique et ludique.

Le choix du cerceau

Lors d'une fête d'enfant, vous avez essayé de faire du hula-hoop sans parvenir à le faire tourner sur vos hanches. Rassurez-vous: c'est parce que le cerceau est tout simplement trop petit pour vous. Comme vous avez grandi, votre cerceau doit aussi être plus grand. Idéalement, il vous arrivera au moins à la hauteur du nombril lorsqu'il est en appui par terre. Les cerceaux d'adultes pour débutants sont assez grands, plutôt épais (le nôtre avait trois quarts de pouce d'épaisseur) et aussi assez lourds, car plus le hula-hoop a du poids, plus il tourne lentement et est facile à manier.

Où le trouver?

On peut se procurer des cerceaux dans les grandes surfaces comme Walmart, mais la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Pour une meilleure qualité, il y a notamment Vert Prana, qui propose dans sa boutique de la rue Saint-Denis des cerceaux faits à la main au Canada de divers poids, tailles, couleurs et épaisseurs. Hoop Fairy, une boutique en ligne, propose également plusieurs modèles colorés de bonne qualité.

Une pratique équilibrée

Il est évidemment tentant et normal de pratiquer avec son côté dominant. Mais il faut faire attention à effectuer des rotations dans les deux directions, sous peine de voir son corps se déséquilibrer à la longue. Luna Brie Blakeman en sait quelque chose: elle a eu de nombreux problèmes  - dont un bassin complètement tourné vers la droite - lorsqu'elle a commencé le hula-hoop. Bref, on évite les problèmes avec une pratique équilibrée en effectuant ses figures et rotations dans les deux directions.

Les lois de la physique

On utilisera le mouvement du hula-hoop pour provoquer différents effets, mais aussi pour mieux le contrôler. Ainsi, on ralentit la vitesse du cerceau en tournant dans le même sens que lui, mais on lui insuffle de la vitesse en allant dans le sens contraire. Comme dans la plupart des sports, chaque personne aura un côté dominant et davantage de facilité à faire tourner le cerceau soit vers la gauche, soit vers la droite - et ce ne sera pas nécessairement la droite pour les droitiers!

Où apprendre?

À Montréal, le studio Vert Prana a l'offre la plus complète avec des cours d'initiation, du hoop fitness ainsi que des cours de niveaux intermédiaire et avancé et même des cours de cerceau de feu, donnés à l'extérieur. L'École de cirque de Verdun propose également des cours de hula-hoop destinés aux adultes. Du côté de Québec, la compagnie Hula-hoop Québec offre également des classes. Il est aussi possible d'apprendre en consultant des vidéos en ligne ou en achetant des DVD. Vert Prana sortira d'ailleurs en septembre le tout premier DVD de hula-hoop en français, dont il est possible de réserver un exemplaire dès maintenant. La soeur de Luna Brie Blakeman, connue sous le nom d'artiste de Shakti Sunfire, a aussi produit un DVD en anglais, intitulé Hoopdance Basics, qu'on peut se procurer en ligne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer