Longboard 4us: oser monter sur la planche

Catherine D'avril a démarré Longboard 4us après avoir habité... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Catherine D'avril a démarré Longboard 4us après avoir habité en Australie. Son entreprise est destinées aux filles qui souhaitent apprendre les rudiments du longboard.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsque Catherine D'avril a habité en Australie, il y a deux ans, une chose l'a marquée. «Là-bas, le longboard est vraiment intégré dans le quotidien, je voyais des petites filles et des petits gars en faire. C'est là que je me suis dit que ce serait vraiment capoté de partir une école.»

De retour à Montréal, elle démarre Longboard 4us, qui est destiné aux filles. «Je faisais du longboard depuis sept ans, mais je ne connaissais aucune de mes amies qui en faisait. Pourtant, j'avais déjà enseigné à quelques filles, et elles adoraient ça. Mais souvent, elles se disaien : "Je ne serai pas capable, je n'ai pas d'équilibre!"»

En s'alliant avec un fabricant et un magasin de planches, l'entrepreneure de 28 ans a pu commencer à donner des cours d'initiation, qui sont aussi offerts à Québec. Son objectif: démontrer que monter sur cette planche est plus simple qu'il n'en a l'air. Plus longue qu'une planche à roulettes traditionnelle, elle permet aussi d'acquérir de la vitesse plus rapidement.

«Ce sont des cours pour les débutantes, qui sont parfaits pour une fille qui a peu, ou pas du tout d'expérience en sport de glisse.»

«La plupart des filles qui prennent le cours sont sportives, mais il n'est pas nécessaire d'avoir un profil de skateuse pour venir au cours.»

Après une heure et quart, celles qui participent à sa formation sont capables de rouler seules, sur terrain plat. Pour la descente, il faudra revenir.

«Le downhill, c'est autre chose. Souvent, quand le sport est présenté, on voit des gens dévaler des pentes à 80 km/h. Je considère la planche comme un moyen de transport, je dis qu'on peut le prendre comme un sport de plaisance. Je ne fais même pas de downhill, ce n'est pas mon trip», admet Catherine D'avril.

Ainsi, les filles qui voudraient continuer leur apprentissage de la planche pourront le faire avec Longboard 4us, mais ce n'est pas Catherine D'avril qui leur donnera la formation; elle s'est plutôt alliée à une formatrice qui maîtrise parfaitement la descente.

Jusqu'ici, les cours qu'elle a donnés ont réuni des femmes de 21 à 44 ans. «Il y a beaucoup de filles qui m'ont dit que ça avait toujours été leur rêve de faire ça, mais qu'elles n'avaient jamais osé.» Comme il faut de la volonté pour lancer son entreprise, il en faut aussi un peu pour monter sur une planche...

Jackalope

Dans le cadre de l'événement Jackalope qui se tiendra sur l'esplanade du Stade olympique, Longboard 4us invitera le 21 août prochain 50 filles à s'initier au longboard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer