Un entraîneur dans mon salon

Guylaine Lavallée a aussi choisi de s'offrir les... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Guylaine Lavallée a aussi choisi de s'offrir les services d'une entraîneuse à domicile, à la veille de son mariage. L'entrepreneure sent qu'elle se dépasse davantage avec l'aide d'une coach qu'elle voit deux fois par semaine.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un entraîneur privé à la maison ? L'idée est attrayante, mais semble aussi un peu folle... Et si c'était le petit coup de pouce, la source de motivation nécessaire pour enfin vous remettre en forme ? Notre journaliste fait la lumière sur les entraîneurs qui se déplacent à domicile.

La motivation, même à la maison

6 h 25. L'idée de rester au lit est particulièrement tentante. Mais non ! Guy Banville doit se lever, puisque son entraîneur privé attend à la porte de son immeuble.

L'arrivée de Carl Savard a complètement changé la vie de l'homme de radio. Il y a un an et demi, il s'entraînait peu. Il avait même de la difficulté à effectuer un seul « push-up ». C'est sa femme qui, à la Saint-Valentin, lui a offert les services d'un entraîneur à domicile.

« Ça peut ressembler à un cadeau forcé, mais ce n'est vraiment pas le cas. J'ai reçu un super beau cadeau », affirme l'homme de 66 ans.

Dans l'immeuble où il vit, M. Banville a la chance d'avoir un gymnase tout équipé. Les jeudis matin, ses entraînements commencent par une séance de 10 minutes de course à pied sur un tapis roulant, suivie d'une vingtaine de minutes d'exercices d'échauffement musculaire.

Puis, son entraîneur lui fait enfiler des gants de boxe.

«La première fois qu'il m'a annoncé que j'allais faire de la boxe, j'ai presque ri de lui. À l'âge que j'ai, je ne m'imaginais pas du tout faire ça.»

Guy Banville
Animateur à la radio

Un an plus tard, le néo-sportif adore son nouveau mode de vie. « Avant de commencer, j'associais l'exercice et le gym à la douleur. Mais Carl est un très bon motivateur. Il m'apporte beaucoup de plaisir à m'entraîner, et en plus, ça donne de bons résultats », affirme-t-il.

Guylaine Lavallée a aussi choisi de s'offrir les services d'une entraîneuse à domicile, à la veille de son mariage. L'entrepreneure sent qu'elle se dépasse davantage avec l'aide d'unecoach qu'elle voit deux fois par semaine.

« Je me connais. Si je m'entraîne toute seule, je manque de discipline. Si je suis censée faire trois ou quatre répétitions d'un exercice, ça se peut que j'arrête après deux séries si je n'ai pas quelqu'un pour me motiver », explique-t-elle.

Guylaine Lavallée a déjà eu recours à un entraîneur dans un gym, mais elle préfère désormais le service à domicile, principalement parce qu'elle économise du temps. Ce n'est plus elle qui prend la route vers le gym, mais son entraîneuse Karlane Dufour qui se déplace.

Avant l'arrivée de sa coach à la maison, Guylaine s'échauffe toujours une quinzaine de minutes sur son tapis roulant. Puis, Karlane choisit parmi l'un des trois programmes conçus spécialement pour sa cliente : l'un améliore le cardio, les deux autres travaillent le haut et le bas du corps. Après une heure d'exercices, Guylaine Lavallée est exténuée... et ravie !

« Dans la vie, je suis quand même assez disciplinée pour aller marcher une demi-heure. Mais pour ce qui est de pousser la machine ou de raffermir certaines parties de mon corps, j'aurais sûrement moins de résultats sans Karlane. »

Exercices et motivation

Marie-Eve Riendeau, kinésiologue et entraîneuse à domicile dans la région de Saint-Jérôme, affirme que ses tâches ne se résument pas à la conception de programmes d'entraînement. Son travail va beaucoup plus loin. « Je dirais qu'on est à 85 % des motivateurs. Les gens font appel à nous exactement pour ça : parce qu'ils manquent de motivation », explique-t-elle.

L'entraîneur à la maison et celui au gym sont aussi efficaces pour motiver leurs clients. Le choix de l'un ou de l'autre dépend simplement des préférences de chacun, croit l'entraîneuse Marie-Claude Phaneuf.

«La plupart de mes clients n'aiment pas l'ambiance des gyms et ils ne sont pas à l'aise de s'entraîner lorsqu'il y a du monde autour d'eux.»

Marie-Claude Phaneuf
Entraîneuse privée

« En revanche, il y a d'autres personnes qui ne s'imaginent pas du tout s'entraîner chez elles, explique-t-elle. Elles ont besoin d'aller dans un gym, de voir du monde en action et de sentir le caoutchouc des haltères. »

Un autre aspect qui séduit de nombreux clients de Marie-Claude Phaneuf, c'est le fait de gagner du temps. « J'entraîne une femme qui a un agenda presque aussi chargé que celui du président des États-Unis ! Quand j'arrive chez elle, on a 45 minutes ou une heure. Je l'entraîne, elle me paye, merci, bonsoir. Elle ne peut pas se permettre de perdre du temps dans le transport pour aller au gym. »

Selon Mme Phaneuf, il n'est d'ailleurs pas nécessaire d'avoir des accessoires pour bouger à la maison. Les entraîneurs se débrouillent très bien avec une chaise ou un palier d'escaliers. Tout ce que ça prend, c'est une paire de chaussures de sport.

Alors envie d'essayer un entraîneur à domicile ? La liste d'excuses commence à se faire courte.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer