YouTube, partenaire d'entraînement

« J'ai rentabilisé ma caméra avec ce projet », raconte... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

« J'ai rentabilisé ma caméra avec ce projet », raconte Frédérik Clément, entraîneur et propriétaire de centres d'entraînement CrossFit.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils entrent dans des millions de foyers chaque jour. Et ils sont tout à fait gratuits. Les vidéos d'entraînement sur les sites comme YouTube influencent le monde du conditionnement physique, pour le meilleur et pour le pire. Voici quelques conseils vous y retrouver.

DES MUSCLES EN 30 IMAGES SECONDE

« Quand on va faire des Spider-Man, on va toujours dire de prendre une position "push-up", corps bien droit, pour venir porter le pied à côté de la main... »

À l'écran, Frédérik Clément s'exécute. L'entraîneur et propriétaire de centres d'entraînement CrossFit décortique un étirement en détaillant chaque mouvement. La capsule diffusée sur le web est la 116e de son « Projet365 », un défi qu'il termine cette semaine.

Au cours de la dernière année, il a diffusé chaque jour une nouvelle vidéo à propos de l'entraînement et la santé, sur sa chaîne du site de partage YouTube.

« J'entends de plus en plus des gens me dire qu'ils ont trouvé telle ou telle information dans des vidéos sur l'internet, en anglais. J'ai eu envie de faire les choses comme il faut, en français », explique-t-il.

Avec des moyens modestes, l'entraîneur tourne ses séquences en quelques minutes chez lui, ou en salle, avec des acolytes. Un défi personnel, certes, mais qui s'inscrit dans une tendance qui ne s'essouffle pas : des millions d'internautes s'entraînent devant des vidéos offertes gratuitement sur le web. 

« Le désir de s'entraîner par soi-même, pour ne pas fréquenter les salles de conditionnement physique, c'est vraiment commun. L'utilisation de vidéos trouvées sur YouTube revient souvent auprès de la clientèle plus jeune. »

- Marie-Ève Ringuet, détentrice d'une maîtrise en kinésiologie et chercheuse dans le domaine de l'activité physique

Ces séquences, souvent relayées sur les réseaux sociaux, ciblent tous les publics. Souvent, un corps de rêve est mis de l'avant, constate Jimmy Sévigny, entraîneur et chroniqueur sur l'activité physique. « Les entraîneurs "beach body", ça pleut ces temps-ci sur les réseaux sociaux ! s'exclame-t-il. Il faut se demander d'abord s'ils ont quelque chose à vendre, comme des boissons aux protéines. Si la réponse est oui, on se pose des questions. »

DES PRÉCAUTIONS

À plusieurs reprises, Frédérik Clément insiste pour dissocier son Projet365 des programmes les plus populaires sur le web, où il est notamment question de perte de poids rapide, ou d'une apparence d'enfer. « Pour moi, il n'était pas question de proposer des trucs comme 30-minutes abs et d'autres solutions instantanées. Je veux juste expliquer comment faire comme il faut certains mouvements. C'est un style de vie être en forme. Pas un miracle de 30 jours. » Même s'il diffuse lui-même des vidéos, il soutient qu'il est toujours préférable de s'entraîner avec l'aide d'un professionnel.

« Parfois, il y a du tout croche et du n'importe quoi, mais certains entraîneurs font ces vidéos pour les bonnes raisons et ce n'est pas si mal, soutient pour sa part Jimmy Sévigny. La seule chose, c'est qu'on a besoin d'un programme pour être motivés et on ne trouve pas ça dans ces vidéos. »

Le maintien de la motivation préoccupe d'ailleurs Marie-Ève Ringuet. Aussi attrayant soit-il, un programme trouvé sur YouTube peut se transformer en échec cuisant si l'internaute est mal préparé.

« Si on fait un choix qui ne correspond pas à notre capacité physique, et qu'on commence à faire les exercices, on risque de se décourager. Oui, il y a les risques de blessures, mais une vidéo trop difficile peut amener une personne à abandonner de bonnes résolutions. »

La spécialiste suggère aux débutants de demander d'abord une évaluation de leur condition physique à un entraîneur certifié. Celui-ci pourra intégrer ces vidéos à un programme d'entraînement réaliste et en toute sécurité. Oui, oui : l'énergique Jane Fonda, sur la chaîne BeFiT, peut faire partie d'un plan d'entraînement sérieux. « Totalement ! », assure Marie-Ève Ringuet en riant. Au moment de l'entrevue, deux de ses collègues s'entraînaient d'ailleurs devant une vidéo d'entraînement de Fitness Blender, trouvée sur YouTube.

JAMAIS VRAIMENT SEULS

Sous les vidéos d'exercices les plus populaires, les internautes ne se font pas prier pour laisser des commentaires. Ils sont seuls dans leur salon, mais ils échangent par dizaines sur les effets des programmes qu'ils adoptent et forment une communauté. 

« J'ai regardé ça hier soir en mangeant de la pizza et des frites, et je me suis dit pfff... ça a l'air facile. Je commence demain, hahahaha ! », lance Sophie sous une vidéo d'exercices pour les abdominaux, sur la populaire chaîne Fitness Blender.

Deux semaines plus tard, l'internaute revient et décrit avec enthousiasme les muscles qu'elle dit déjà percevoir. La voilà aussitôt pressée de questions par des utilisateurs qui veulent connaître les secrets de son succès. 

« Les gens cherchent de la motivation. Les vidéos gratuites sur YouTube, c'est une porte d'entrée vers l'entraînement, constate Jimmy Sévigny. Par contre, il faut vraiment aller chercher un avis professionnel. »

UN CHOIX IMMENSE

Le mot « fitness » en anglais mène à plus de 16 millions de vidéos sur YouTube. Avant de se lancer, mieux vaut alors intégrer ces séquences à un plan d'entraînement adapté à sa condition physique. Voici tout de même un aperçu de quelques-uns des plus grands succès sur le web.

PASSION4PROFESSION

Pas de vêtements serrés ni de promesses mirobolantes, ici. Bien au contraire ! Passion4Profession (P4P) propose sur cette chaîne en français des animations graphiques de mouvements courants en conditionnement physique. Tout est dans la technique, donc. On y découpe chacun des exercices, et on y présente aussi clairement les erreurs communes (non, il ne faut pas lever les fesses en faisant la planche). Et lorsque l'exercice a été détaillé, P4P suggère des séries d'entraînement en fonction du niveau des internautes.

CAFEMOM STUDIOS

Le site internet CafeMom attire plus de 8 millions de femmes chaque mois. Il cible les jeunes mères et produit pour elles des vidéos d'entraînement à la portée des débutantes. Les séquences offertes gratuitement sur YouTube ont été tournées il y a plus d'un an, mais elles continuent d'attirer bon nombre de fidèles.

BEFIT

Cette chaîne mise sur la popularité d'icônes de l'entraînement comme Jillian Michaels, Denise Austin... et Jane Fonda. On y présente des séries de mouvements tout ce qu'il y a de plus classique, comme si on assistait à un cours de groupe au centre de conditionnement. Les vidéos sont offertes gratuitement, mais la plupart sont accompagnées de publicité à l'écran, parfois dérangeantes.

POPSUGAR FITNESS

La section mise en forme du magazine PopSugar diffuse sur YouTube toute une série de vidéos d'entraînements. Ici, les promesses abondent, sans retenue. Le titre de l'une des vidéos les plus populaires de la chaîne est d'ailleurs sans équivoque : Devenez Beyoncé grâce à cet entraînement de danse sexy. Les vidéos de type « 40 minutes pour un corps de bikini » s'attirent les foudres de certains internautes, mais elles demeurent consultées des centaines de milliers de fois chacune.

FITNESSBLENDER

Cette chaîne trône au sommet des vidéos d'entraînement les plus vus sur YouTube. Plus de 2 millions de personnes suivent religieusement Daniel et Kelli Segars, le couple derrière Fitness Blender. Dans un décor dépouillé, le duo présente des vidéos d'exercices simples, souvent sans équipement. Les séquences les plus populaires du couple ciblent un groupe de muscles en particulier (les abdominaux, les fessiers).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer