• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Un exosquelette pour empêcher les personnes âgées de tomber 

Un exosquelette pour empêcher les personnes âgées de tomber

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 420 000 personnes (majoritairement âgées de plus de 65 ans) meurent chaque année dans le monde des suites d'une chute.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La bonne vieille canne en bois remplacée dans un avenir plus ou moins lointain par un harnais robotisé ultramoderne? Des chercheurs travaillent sur un exosquelette, qui pourrait permettre aux personnes âgées de garder leur équilibre et d'éviter les chutes, relate la revue Nature Scientific Reports jeudi.

Selon ses promoteurs, il s'agit d'une première, car ce type de machines est habituellement utilisé pour accompagner ou améliorer un mouvement normal et non compenser un mouvement inattendu, comme les pertes d'équilibre qui causent les chutes.

Le mot «exosquelette» évoque des images d'énormes armures de science-fiction façon RoboCop. Pas grand chose à voir avec le prototype en question, développé par la Scuola Sant'Anna en Italie et l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Il se présente sous la forme d'un harnais comparable à un gros baudrier d'escalade, maintenu à la taille et aux cuisses. De part et d'autre, des moteurs sont installés au niveau des hanches et reliés aux cuisses par des montants articulés.

Dans un premier temps, l'exosquelette, qui pèse environ 5 kilos, analyse les particularités de la démarche de celui qui le porte. Une fois ces données entrées en mémoire, le robot est capable de détecter les mouvements qui diffèrent de la démarche normale, comme c'est le cas lorsque la personne glisse et s'apprête à tomber.

Les moteurs entrent alors en action : ils compensent le mouvement anormal en agissant sur les cuisses, via les montants articulés, afin que la personne retrouve sa stabilité.

Pour l'heure, ce dispositif n'a été testé qu'en laboratoire, sur huit personnes âgées en moyenne de 69 ans (ainsi que sur deux patients amputés au-dessus du genou). Les participants au test devaient marcher sur un tapis roulant qui leur faisait artificiellement perdre l'équilibre.

«La prochaine étape consistera à rendre l'exosquelette plus discret et portatif pour le monde extérieur et à le tester dans la vie réelle», a souligné l'EPFL dans un communiqué.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 420 000 personnes (majoritairement âgées de plus de 65 ans) meurent chaque année dans le monde des suites d'une chute et quelque 40 millions de chutes par an nécessitent des soins médicaux. Des statistiques qui devraient augmenter à l'avenir en raison du vieillissement de la population.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer