Neuf trucs santé à connaître à 20 ans

Ils sont jeunes. Ils ont la vie devant eux. Et pas forcément envie de penser... (ILLUSTRATION LA PRESSE)

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils sont jeunes. Ils ont la vie devant eux. Et pas forcément envie de penser santé. Et pourtant. C'est à 20 ans, souvent, que tout se joue: les habitudes se prennent, bonnes comme mauvaises. Neuf conseils d'experts pour prendre un virage santé. En douceur et dans le plaisir. À lire. Conserver. Répéter...

1. Piquez le livre de recettes de votre mère

On le dit et on le répète: les plats préparés sont bourrés de sel, l'un des plus grands ennemis de notre santé. Alors pourquoi ne pas en profiter pour apprendre enfin à cuisiner, avec les meilleures recettes de votre mère, par exemple? Vous vous ferez un double cadeau: vous éviterez de devenir dépendant des mets préparés (votre compte en banque ne s'en portera que mieux) et vous gagnerez en plaisir, en créativité et en réconfort.

Nathalie Jobin, directrice de Nutrium, le portail de services en nutrition de l'Université de Montréal

2. Levez-vous!

Vous le savez, on vous l'a sûrement dit, et vous l'avez sans doute remarqué: il n'est jamais bon de rester assis trop longtemps. Surtout pas devant un écran. C'est mauvais pour le dos, la ligne, bref, la forme. En prime, nos bidules électroniques nous font prendre toutes sortes de positions néfastes pour les articulations. Alors si vous passez beaucoup de temps devant votre ordi, tablette ou autre gadget, n'oubliez pas ce qui suit: après deux heures passées assis, les risques d'être victime d'un AVC augmentent (tout particulièrement chez les filles). Une petite marche de 15 minutes par jour réduit ces risques. Morale? Tout le monde debout!

Denis Fortier, physiothérapeute, auteur de 99 façons de prévenir les effets du vieillissement, aux Éditions du Trécarré

3. Protégez-vous

Bien sûr, la vingtaine, c'est l'âge des découvertes, des expérimentations. Et c'est très bien comme ça. Profitez-en pour expérimenter, justement, sexuellement parlant, avant de vous caser et d'avoir des enfants. Profitez-en pour découvrir ce que vous aimez, ce qui vous convient, ce que vous voulez. Et ce que vous ne voulez pas. Mais faites-le intelligemment: en vous protégeant. Des maladies, bien sûr, mais aussi d'une grossesse imprévue.

Renée Lanctôt, sexologue, coach sexuelle et éducatrice en santé sexuelle

Ils sont jeunes. Ils ont la vie devant eux. Et pas... (ILLUSTRATION LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

4. Dites non

Soyez critique. Plus facile à dire qu'à faire, on le sait. Mais remettez en question ce que vous entendez à la télé, ce que vous lisez ou voyez sur l'internet. Surtout: gare aux modes, régimes de l'heure et autres nouveaux produits naturels à la mode. Un jour, on nous dit de faire une cure de jus; le lendemain, il faut se concentrer sur les protéines; et demain, quoi? Usez de votre bon jugement et concentrez-vous sur l'essentiel: vos bonnes habitudes.

Olivier Bernard, pharmacien, vulgarisateur scientifique et blogueur (Le Pharmachien)

5. Apprivoisez vos peurs

N'ayez pas peur de vos émotions négatives, coups de blues et autres stress passagers. Pourquoi? Parce que ces émotions sont nécessaires à la survie de l'espèce, en général, et à la vôtre, en particulier! Exactement comme la douleur: personne n'aime avoir mal, or c'est la douleur qui envoie un message à notre cerveau pour nous dire d'enlever notre main du poêle, par exemple, car ça brûle. On ne se coupe pas la main parce qu'on a mal. On attend que ça passe, point. Idem avec les émotions négatives: si vous avez des noeuds dans le ventre, inutile de tout plaquer et de changer d'université. Quand ça arrive, qu'est-ce qu'on fait? Tout simplement... rien. Et en général, ça passe en 48 heures. À noter: c'est seulement si une émotion négative persiste des semaines qu'il faut s'inquiéter.

Sonia Lupien, directrice du Centre d'études sur le stress humain

6. Viser l'équilibre

C'est bien beau de vouloir être en santé, mais ça ne suffit pas. Alors oui, écoutez les conseils de votre médecin, mais n'oubliez pas au passage de soigner toutes les autres facettes de votre vie. Quoi? Vos amitiés, vos loisirs, vos activités et, bien sûr, ce temps sous-estimé: le temps de ne rien faire. Pour quoi faire ? Dormir, entre autres. C'est tout un apprentissage, voire une discipline, carrément un art.

Christian Boukaram, radio-oncologue et auteur du Pouvoir anticancer des émotions, aux Éditions de l'Homme

Ils sont jeunes. Ils ont la vie devant eux. Et pas... (ILLUSTRATION LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

7. Choisissez vos amis

Le saviez-vous? Qui se ressemble s'assemble. Ou qui s'assemble finit par se ressembler. Vous êtes en effet la moyenne des cinq personnes que vous fréquentez le plus. Vous aurez donc tendance à ressembler à vos amis. Si ce n'est pas déjà le cas, c'est ce qui risque d'arriver! Vos amis les plus proches ont donc beaucoup d'influence sur vous, que ce soit en ce qui a trait au poids (et au contrôle du poids), aux habitudes alimentaires (bonnes ou mauvaises) et à l'activité physique (actif ou sédentaire). Choisissez-les judicieusement!

Paul Boisvert, kinésiologue et coach poids santé

8. Le verre à moitié plein

Appelez ça de la psychologie positive, de la résilience ou des lunettes roses, peu importe. Même les plus grands médecins n'en disent que du bien. Alors appliquez-vous à voir la vie du bon côté. Le verre à moitié plein. La journée ensoleillée. C'est prouvé et éprouvé: c'est bon pour la santé. Alors vos petites douleurs, apprenez à les relativiser.

Karl Weiss, microbiologiste-infectiologue à l'Hôpital général juif

9. Achetez-vous un agenda

C'est maintenant que vous prendrez de bonnes habitudes... ou pas. C'est donc le moment de mettre à votre agenda du temps pour vous, et pour une activité physique de votre choix. Et de vous y tenir. Beaucoup plus facile à faire si c'est écrit, là, noir sur blanc. Et beaucoup plus efficace qu'un «on se texte», «à un moment donné». Parce que tout le monde le sait: avec l'université, la vie en appartement, les tâches risquent de s'accumuler. Et ce qui prend le bord, c'est le sport. Ne vous faites pas avoir!

Chantal Daigle, kinésiologue à l'Université de Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer