Gastroentérite: le jus plutôt que le Pedialyte

Les enfants qui ont une gastroentérite sévère mais... (Photo Masterfile)

Agrandir

Les enfants qui ont une gastroentérite sévère mais qui ne montrent pas de signes de déshydratation devraient boire leur jus préféré, plutôt que de recevoir un mélange de réhydratation comme le Pedialyte.

Photo Masterfile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enfants qui ont une gastroentérite sévère mais qui ne montrent pas de signes de déshydratation devraient boire leur jus préféré, plutôt que de recevoir un mélange de réhydratation comme le Pedialyte, selon une nouvelle étude albertaine.

« Les parents hésitent souvent à permettre aux enfants de boire du jus quand ils ont une bonne gastro, de peur d'augmenter les vomissements », explique Stephen Freedman, gastroentérologue à l'Université de Calgary, qui est l'auteur principal de l'étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). « Quand ils ont peur que leur enfant se déshydrate, ils se tournent souvent vers les solutions de réhydratation. Mais les enfants n'aiment pas le goût de ces solutions et finissent par moins boire. »

L'étude du Dr Freedman visait à minimiser la proportion des enfants qui reçoivent de la réhydratation intraveineuse aux urgences. « Souvent, quand les enfants se présentent avec une gastroentérite sévère, les médecins vont avoir tendance à privilégier l'intraveineuse au moindre doute, dit-il. Cette tendance est encore plus forte si l'enfant refuse de boire la solution de réhydratation. » Même les parents préfèrent la réhydratation intraveineuse quand ils vont aux urgences avec leur enfant pour une gastro, selon une étude publiée en 2009 dans la revue Pediatric Emergency Care.

Parmi les 650 petits participants de l'étude, qui avaient en moyenne 2 ans et demi et avaient été admis aux urgences pour une grosse gastro, la moitié ont reçu du jus de pomme dilué et l'autre moitié, une solution de réhydratation agrémentée d'un colorant alimentaire la rendant similaire au jus de pomme dilué.

Après avoir bu l'une des deux solutions, ils étaient réévalués par un médecin qui pouvait prescrire une réhydratation par intraveineuse. Le groupe du jus de pomme avait près de quatre fois moins de risque (2,5 % contre 9 %) de recevoir aux urgences de la réhydratation intraveineuse.

En sortant de l'hôpital, les parents recevaient une prescription sous cachet. Les enfants ayant bu du jus de pomme dilué pouvaient boire ce qu'ils voulaient à la maison, alors que les autres recevaient l'instruction de boire uniquement de la solution de réhydratation jusqu'à la fin de la gastro.

Il n'y avait pas de différence entre les deux groupes en ce qui concerne la diarrhée, les vomissements à la maison, après la première visite aux urgences, ou une deuxième visite aux urgences parce que la gastro s'aggravait après la première visite aux urgences.

Boire, la priorité

« Dans un pays développé comme le Canada, les enfants sont en bonne santé et une grosse gastro est rarement aussi sévère que dans un pays pauvre, dit le Dr Freedman. Je pense que la priorité peut être que l'enfant boive, même si du jus n'a pas tous les minéraux de réhydratation des solutions comme le Pedialyte. À moins, évidemment, qu'il ne soit très petit, moins d'un an, ou qu'il ait des symptômes de déshydratation comme les lèvres sèches, l'absence d'urines ou de larmes ou un état très engourdi. »

Faut-il diluer les jus comme dans l'étude ? « À l'hôpital, nous l'avons fait parce qu'en théorie, s'il y a trop de sucre, ça peut aggraver la diarrhée. Ça rendait aussi les deux solutés plus comparables, pour que les urgentologues ne sachent pas qui faisait partie de quel groupe. Mais nous n'avions pas cette exigence à la maison. »

Est-il possible que les parents du groupe de solution de la réhydratation n'aient pas obéi aux instructions et aient donné du jus à leur enfant ? « C'est possible, mais nous avions vraiment augmenté les chances en leur donnant plusieurs paquets de solution de réhydratation », dit le Dr Freedman.

Les recommandations de réhydratation à la maison étaient de deux millilitres par kilogramme pour un vomissement et de dix millilitres par kilogramme pour une selle liquide. Cela représente un verre de 150 millilitres pour un enfant de 33 livres qui va à la selle pendant une gastro.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer