Étude: le sang plus âgé tout aussi bon

Selon les normes actuelles, le sang peut être... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Selon les normes actuelles, le sang peut être entreposé pour une période de 42 jours.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le sang plus âgé serait aussi bon pour les patients qui reçoivent une transfusion que le sang dit frais, révèle une étude internationale à laquelle ont participé des chercheurs du Québec et du Canada.

L'étude a démontré qu'il n'y a eu aucune différence de mortalité ou de dysfonctionnement des organes entre les deux groupes de patients qui ont été comparés, à savoir ceux qui ont reçu du sang frais et ceux qui ont reçu du sang moins fraîchement prélevé.

Aux fins de l'étude, 2430 patients ont été suivis par 64 centres hospitaliers au Canada et en Europe; 1211 patients avaient reçu du sang dit frais, entreposé en moyenne durant six jours, alors que 1219 avaient reçu du sang plus âgé, entreposé en moyenne durant 22 jours.

Au bout du compte, 448 patients sont morts dans les 90 jours suivant la transfusion au sein du groupe de patients qui avaient reçu du sang frais, alors que 430 sont décédés dans le groupe qui avait reçu du sang plus âgé, a précisé en entrevue depuis Bruxelles le docteur Paul Hébert, médecin intensiviste et chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM).

L'étude a été présentée mardi, à Bruxelles, dans le cadre du 35e Symposium international sur les soins intensifs et la médecine d'urgence.

Cette étude contredit d'autres études, moins élaborées, qui avaient été réalisées dans le passé, a-t-il noté.

Le docteur Hébert a souligné que ces résultats sont ceux d'un «premier gros essai clinique» sur la question et qu'ils sont révélateurs quant à la qualité du sang plus âgé.

Le docteur Hébert avance une hypothèse qui pourrait expliquer qu'il y ait eu davantage de décès, même au sein du groupe qui avait reçu du sang frais. «Le sang plus âgé n'a rien de spécial», dit-il, mais il est possible que quelque chose «soit plus toxique» dans le sang frais. Ainsi, il serait possible que dans le sang frais, les globules blancs soient «plus immunoactifs», avance-t-il. Mais cette hypothèse n'est pas prouvée et le docteur Hébert préfère en conclure qu'il n'y a tout simplement pas d'avantages à utiliser du sang frais par rapport à du sang plus âgé.

Selon les normes actuelles, le sang peut être entreposé pour une période de 42 jours. De toute façon, tout sang qui vient d'être prélevé doit subir une batterie de tests pour s'assurer de son innocuité, ce qui nécessite un certain temps.

Quant à savoir si cette étude pourrait changer les façons de faire au pays, le docteur Hébert croit que cela pourrait être le cas.

Il cite d'abord le cas des demandes de médecins en chirurgie cardiaque ou en traumatologie pour du sang frais, qui pourraient cesser puisqu'elles ne sont plus justifiées. Et il cite ensuite le «réconfort» que cela pourra apporter aux banques de sang, «qui seront rassurées quant à leurs modalités de gestion du sang», sachant qu'elles «ne font pas de tort aux malades» avec du sang parfois plus âgé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer