Poids et fertilité: chercher un équilibre

Lorsqu'une femme ayant un excès de poids consulte le Dr Neal Mahutte, directeur... (Photomontage La Presse)

Agrandir

Photomontage La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Lorsqu'une femme ayant un excès de poids consulte le Dr Neal Mahutte, directeur médical du Centre de fertilité de Montréal, elle a bien souvent essayé tous les régimes imaginables au cours de sa vie, souligne-t-il. Et ça a peu ou pas fonctionné.

« Si elle est incapable de perdre du poids, il reste une décision à prendre : on ne fait rien ou on essaie de la traiter ? »La Clinique de fertilité de Montréal, explique le Dr Mahutte, vise à atteindre un « équilibre » entre le désir de l'équipe médicale de minimiser les risques et le respect de l'autonomie de la patiente.

Lorsque Neal Mahutte reçoit une patiente ayant un IMC élevé, il lui explique les risques associés à son poids et les avantages qu'elle aurait à en perdre.

«Si la patiente comprend bien ces risques et si la procédure de FIV peut être faite de façon sécuritaire (lorsque l'échographie démontre que les ovaires sont accessibles), je pense qu'on se doit de respecter son autonomie.»

r Neal Mahutte
Directeur médical du Centre de fertilité de Montréal

Le Dr Mahutte convient que le poids est un facteur de risque lors d'une grossesse. Cela dit, pour plusieurs patientes, il est « extrêmement difficile » de maigrir, surtout lorsqu'on demande de perdre 10, 20 ou 30 kg. Petit exemple : sur 127 femmes obèses suivies à la Clinique de procréation assistée du CHUM, la moitié avait perdu moins de 5,4 kg (12 lb) après 7 mois et demi.

Neal Mahutte souligne qu'il existe d'autres facteurs de risque qui ne justifient pas pour autant de refuser aux femmes le traitement de FIV. L'âge, dit-il, est un bon exemple. Après 40 ans, les taux de grossesse sont faibles et les risques de travail précoce, de diabète et d'hypertension, accrus.

« Personne ne doute qu'une femme de 42 ans court plus de risques qu'une femme de 22 ans, mais nous la traitons quand même, dit le Dr Mahutte, soulignant qu'il en va de même pour les patientes souffrant de diabète ou de problèmes cardiaques.

Directeur médical de la clinique de fertilité Grace, à Vancouver, le Dr Anthony Cheung estime que « la simple lecture de l'indice de masse corporelle est peut-être trop simpliste pour départager les femmes qui courent un risque de celles qui n'en courent pas ».

« L'IMC est un facteur intéressant qui incite à pousser le dépistage, mais il faut aussi tenir compte des autres facteurs de risque et procéder à une évaluation médicale complète », dit le Dr Cheung.

Selon le National Health and Nutrition Examination Survey, aux États-Unis, environ le tiers des adultes obèses ont une bonne santé métabolique.

LE TEMPS QUI PASSE

Lorsqu'une femme s'évertue à perdre du poids, le temps file et sa fertilité décroît, souligne le Dr Neal Mahutte. Les cliniques de fertilité qui imposent une limite de poids sont d'ailleurs souvent moins exigeantes avec une femme dont la fertilité est en déclin. « Une patiente qui a près de 40 ans et qui a un IMC à 40, ce serait la condamner que de lui dire : revenez nous voir quand vous aurez un IMC à 35 », dit le Dr Jacques Kadoch de la clinique de fertilité du CHUM.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Maigrir avant de tomber enceinte

    Santé

    Maigrir avant de tomber enceinte

    En clinique de fertilité, les femmes en surpoids obtiennent presque tous les services... sauf quand vient le temps de la fécondation in vitro.... »

  • Poids et grossesse: réduire les risques

    Santé

    Poids et grossesse: réduire les risques

    « Même s'il y a des femmes qui sentent qu'on est contre elles, on travaille POUR elles.  » »

  • Poids et fertilité: des critères qui varient

    Santé

    Poids et fertilité: des critères qui varient

    Vous rêvez à un enfant depuis longtemps, mais vous accusez un excès de poids ? Voici les critères des cliniques pour entreprendre la fécondation in... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer