• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Les prématurés exposés à des doses élevées d'un produit dangereux 

Les prématurés exposés à des doses élevées d'un produit dangereux

Les prématurés hospitalisés sont exposés à des concentrations astronomiques... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les prématurés hospitalisés sont exposés à des concentrations astronomiques d'un produit chimique potentiellement dangereux, par le biais des instruments médicaux qui sont utilisés pour les soigner, disent des chercheurs américains.

Les scientifiques de l'École de santé publique Bloomberg de Johns Hopkins se demandent si la santé de bébés déjà gravement malades ne serait pas menacée par des équipements conçus pour leur sauver la vie.

Le produit chimique en question - bis(2-éthylhexylique) de l'acide phtalique, ou DEHP - est utilisé pour accroître la flexibilité de plusieurs instruments faits de PVC, comme les tubes à perfusion intraveineuse, les cathéters, les tubes endotrachéaux et les sacs utilisés pour recueillir des fluides.

Le DEHP n'est pas lié chimiquement au PVC et peut se propager aux tissus humains avec lesquels il entre en contact. Les chercheurs ont mesuré que l'exposition des prématurés au DEHP est de 4000 à 160 000 fois supérieure au seuil jugé sécuritaire. Les prématurés peuvent être hospitalisés pendant des semaines, voire des mois, avant de finalement recevoir leur congé.

Des études menées précédemment sur des animaux ont démontré que le DEHP peut augmenter l'inflammation, endommager le foie et interférer avec le développement des poumons, du cerveau et des yeux. Des études cliniques ont ensuite témoigné que ces mêmes effets se produisent chez les patients hospitalisés aux soins intensifs.

Le DEHP est le seul phtalate autorisé à des fins médicales aux États-Unis. Son utilisation ne fait toutefois l'objet d'aucune règle, même si les jouets pour enfants - par exemple - ne peuvent contenir que des quantités infimes de DEHP ou d'autres phtalates.

Les auteurs de l'étude font remarquer que les prématurés qui ne reçoivent pas d'aide pour respirer semblent ensuite avoir des poumons en meilleure santé.

Les chercheurs suggèrent d'éliminer et de remplacer le plus rapidement possible tous les produits contenant du DEHP des unités néonatales de soins intensifs.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le Journal of Perinatalogy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer