• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Des millions d'Américaines n'ont pas eu de dépistage du cancer du col de l'utérus 

Des millions d'Américaines n'ont pas eu de dépistage du cancer du col de l'utérus

De 2007 à 2011, la fréquence des cancers... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

De 2007 à 2011, la fréquence des cancers utérins a diminué de 1,9% par an, mais le taux de mortalité est resté inchangé.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Environ huit millions de femmes de 21 à 65 ans aux États-Unis n'ont pas eu de dépistage du cancer du col de l'utérus au cours des cinq dernières années, selon un rapport des autorités sanitaires publié mercredi.

Plus de la moitié de ces cancers nouvellement diagnostiqués le sont parmi des femmes n'ayant pas eu de dépistage ou qui sont rarement soumis à ces tests, précisent les auteurs de cette étude des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

«Toute visite médicale peut être une occasion de prévenir un cancer du col de l'utérus en s'assurant que les femmes aient le dépistage nécessaire», a souligné la Dre Lleana Arias, directrice adjointe des CDC.

«Nous devons intensifier nos efforts pour nous assurer que toutes les femmes comprennent l'importance du dépistage du cancer utérin, car aucune ne devrait en mourir», a-t-elle insisté.

Ces chercheurs ont analysé le nombre de cas de cancer du col de l'utérus diagnostiqué de 2007 à 2011 à partir des statistiques nationales des CDC et des données épidémiologiques de l'Institut national du cancer (NCI).

En 2012, 11,4% des femmes ont indiqué ne pas avoir eu de dépistage pour ce cancer au cours des 5 années précédentes, précisent les auteurs, soulignant que ce pourcentage atteignait 23,1% pour celles sans assurance maladie et 25,5% pour celles qui ne voient pas régulièrement un médecin généraliste.

De 2007 à 2011, la fréquence des cancers utérins a diminué de 1,9% par an, mais le taux de mortalité est resté inchangé.

Le sud des États-Unis, où le taux de pauvreté est élevé, a enregistré la plus forte incidence de ce cancer durant cette période avec 8,5 cas pour 100 000 femmes ainsi que la mortalité la plus élevée (2,7 pour 100 000). Cette région avait également la plus grande proportion de femmes n'ayant pas eu de dépistage au cours des cinq dernières années (12,3%).

Le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) est une mesure efficace de prévention contre le cancer utérin, étant donné que ces infections sont responsables de la plupart de ces tumeurs, soulignent les CDC.

Mais ce vaccin est sous-utilisé, déplorent les chercheurs. Une récente étude des CDC montre que seulement une jeune fille sur trois et un garçon sur sept avaient reçu les trois doses vaccinales requises en 2013.

Ce vaccin est recommandé pour tous les enfants de onze et douze ans avant qu'ils ne commencent à avoir des relations sexuelles.

Selon des modèles, la vaccination contre les VPH combinée à un dépistage régulier peut prévenir jusqu'à 93% des nouveaux cas de cancer du col de l'utérus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer