• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Cancers agressifs: de nouvelles thérapies ciblées prometteuses 

Cancers agressifs: de nouvelles thérapies ciblées prometteuses

Plusieurs nouveaux traitements ciblés ont donné des résultats prometteurs... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
Chicago

Plusieurs nouveaux traitements ciblés ont donné des résultats prometteurs contre des cancers avancés du poumon, du sang, de la thyroïde et de l'ovaire résistants aux autres thérapies, selon des essais cliniques dévoilés samedi, confirmant les avancées dans la lutte contre cette maladie.

L'Imbruvica (Ibrutinib), des laboratoires américains Pharmacyclics et Johnson & Johnson, a ainsi nettement allongé la survie de malades atteints de leucémie lymphoïde chronique ne répondant pas à la chimiothérapie combinée à un anticorps, traitement standard pour ce cancer du sang le plus courant chez les adultes.

Cet agent stimule l'autodestruction des cellules cancéreuses et bloque leur prolifération. L'Agence américaine des médicaments (FDA) l'a approuvé fin 2013 pour traiter des lymphomes résistants et pour la leucémie en février 2014.

C'est la première fois qu'un anticancéreux pris oralement permet une nette amélioration de la survie de ces malades, ont souligné les chercheurs qui présentent cette étude clinique à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), plus grand colloque sur le cancer, réuni ce week-end à Chicago (Illinois, nord).

«Avec l'Ibrutinib, environ 80% des patients étaient encore en rémission un an après, soit deux fois plus que ce que l'on peut espérer avec la thérapie standard», a précisé le Dr John Byrd, professeur de médecine à l'Université d'État d'Ohio, qui a mené cet essai clinique auprès de 391 participants âgés de 67 ans en moyenne.

«Ces données plaident en faveur de l'utilisation de ce médicament en premier lieu pour ces malades», a-t-il estimé.

Un autre traitement frappant plusieurs cibles de la tumeur, dont sa capacité à développer des vaisseaux sanguins pour s'irriguer, a permis de retarder la progression de cancers agressifs de la thyroïde de près d'un an et demi.

Cet agent, le Lenvatinib, des laboratoires américain SFJ Pharmaceuticals et japonais Eisai, s'est aussi traduit par une réduction de la tumeur chez près des deux tiers des patients.

«Nous sommes confiants dans le fait qu'avec ces résultats le Lenvatinib deviendra le traitement de choix pour ce type de cancer de la thyroïde», réfractaire à l'iode radioactif qui est efficace dans la grande majorité des cas, a indiqué le Dr Martin Schumberger, un cancérologue à l'Université Paris Sud à Paris, qui a dirigé l'essai clinique de phase 3 avec 392 malades.

Un troisième essai clinique, également présenté à la conférence de l'ASCO, a porté sur le Ramucirumab (Cyramza), un anti-angiogénique du laboratoire américain Eli Lilly qui bloque la formation des vaisseaux sanguins dans la tumeur.

Déjà approuvé par la FDA en février 2014 contre le cancer agressif de l'oesophage, il a permis selon un essai clinique dévoilé samedi de prolonger légèrement la vie de malades avec un cancer très avancé du poumon.

Mais ce résultat modeste a été jugé significatif par les cancérologues. «C'est le premier traitement depuis dix ans parvenant à améliorer l'évolution de ce cancer avec une thérapie alternative à la chimiothérapie», explique le Dr Maurice Pérol, patron du service de cancérologie du thorax au Centre sur le cancer de Lyon (France), principal auteur de l'étude.

Enfin, un essai clinique avec deux agents expérimentaux pris en combinaison, l'Olaparib et le Cediranib du laboratoire britannique AstraZeneca, a quasiment doublé à 17,7 mois la survie de patientes atteintes d'un cancer ovarien agressif par rapport à celles n'ayant pris que de l'Olaparib. Il s'agit du premier inhibiteur de l'enzyme PARP qui permet à l'ADN des cellules cancéreuses de se réparer.

Le Cediranib bloque la formation des vaisseaux sanguins dans la tumeur ainsi que la croissance des cellules cancéreuses. Mais aucune de ces deux molécules n'a encore été approuvée par la FDA.

Il existe désormais de nombreuses familles de molécules de thérapies ciblées des cancers agissant chacune sur des cibles différentes pour bloquer la prolifération des cellules cancéreuses.

Par opposition, la chimiothérapie traditionnelle bloque seulement la multiplication de ces cellules, mais avec plus d'effets secondaires.

«Avec le développement de la médecine génomique ces dernières années, il est possible de relever le défi des cancers résistants aux traitements standard, en révélant de nouvelles cibles à l'intérieur de leurs mécanismes cellulaires», a commenté le cancérologue Gregory Masters de l'Helen Graham Cancer Center à Newark (Delaware, est).

Cancer de la vessie: Roche obtient le statut de «percée thérapeutique»

Le géant pharmaceutique suisse Roche a annoncé samedi qu'il avait obtenu des autorités sanitaires américaines le statut de «percée thérapeutique» pour un médicament contre le cancer de la vessie.

Les résultats d'une étude de Phase 1 montrent que «l'agent immunothérapeutique expérimental MDPL3280A (également appelé anti-PDL1) a réduit la taille des tumeurs chez 43% des patients» souffrant d'un cancer urothélial métastatique de la vessie, a indiqué Roche dans un communiqué. Aucun effet indésirable grave lié au traitement n'a été observé, ajoute le groupe

La Food and Drug Administration (FDA) a accordé au MDPL3280A le statut de percée thérapeutique, qui vise à «accélérer le développement et l'examen de médicaments destinés à traiter des maladies sévères», souligne Roche. Ce statut contribue aussi à faire en sorte que «les patients y aient accès le plus rapidement possible après homologation de la FDA».

Avec 430 000 nouveaux cas diagnostiqués en 2012, le cancer de la vessie est le neuvième cancer le plus fréquent dans le monde et n'a fait l'objet d'aucune avancée thérapeutique depuis près de 30 ans, selon le groupe pharmaceutique. Ce cancer provoque environ 145 000 décès par an et touche trois fois plus les hommes que les femmes. Il est également trois fois plus fréquent dans les pays développés.

«Nous évaluons le MDPL3280A dans un grand nombre de tumeurs», poursuit Roche qui ajoute que le médicament va faire l'objet d'un «test diagnostique compagnon» dans les cancers du poumon et de la vessie.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer