Saine et zen: Mariane Gingras Harvey

Mariane Gingras Harvey... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Mariane Gingras Harvey

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Léger
La Presse

Mariane Gingras Harvey étudie à la maîtrise en traduction. Elle a souvent eu de la difficulté à intégrer des activités plaisantes pour elle, dans son quotidien. Se disant «fille naturellement stressée», la jeune femme de 25 ans réussit malgré tout à glisser dans son emploi du temps des plaisirs équilibrants, lents et méditatifs.

Du tricot partout

Mariane a appris le tricot avec sa grand-mère, mais a suivi un cours récemment, pour parfaire sa technique. Il y a deux types de tricot, selon elle. Le premier, celui où on s'occupe de soi en fabricant un objet avec ses mains. «C'est quelque chose qu'on peut offrir. Il y un accomplissement.» Et le second, où, en tricotant, on papote avec ses amies en s'amusant. «Il y a un aspect social au tricot. Il y a des rassemblements, des cafés tricot où on fait des soirées, comme à la Maison tricotée, le vendredi soir.»

Une petite immersion

Mariane Gingras adore l'eau. C'est son élément. Une fois par semaine, elle se rend à la piscine pour une séance d'aquaforme. Elle choisit les exercices en eau profonde, de manière à moins sentir l'impact quand elle pose les pieds au sol.«C'est aussi moins dur pour les genoux», précise-t-elle. Après la séance, elle profite du sauna et de la baignoire à remous pour se dorloter les muscles. Et le bain d'eau glacé? Pas encore, mais ça viendra peut-être, qui sait?

Tout pour le dos

Comme de nombreux jeunes, immobilisés devant leur écran, elle avait de plus en plus tendance à souffrir de maux de dos. Une séance ou deux avec un ostéopathe lui ont fait beaucoup de bien, mais le mal est réapparu au bout d'un moment. Jusqu'à l'empêcher de dormir. Depuis quelques semaines, elle suit des cours de yoga. Et déjà, elle sent une nette amélioration de son état.

Du chant tout le temps

La musique a toujours fait partie de la vie de Mariane. Petite, elle jouait beaucoup de piano. Elle a délaissé l'instrument, mais a gardé son amour du chant. «Le chant m'a toujours suivi. Je chante tout le temps et partout.» Elle se freine un peu malgré tout pour ne pas pousser la note trop fort dans l'appartement et déranger les voisins! Mais elle chante dans la plupart de ses activités; en faisant la vaisselle, en marchant, dans des discussions avec les amis. «Je trouve des chansons pour toutes les circonstances.»

La famille, enracinant

L'appui de la famille et des amis lui est indispensable. «Ça permet au reste de fonctionner. Si on est toujours seule, si on ne prend pas de temps pour ses proches, «il y a un courant qui ne passera pas», selon la jeune Mariane. «Passer du temps avec nos proches et se savoir bien entourés, c'est ce qui nous permet d'affronter les coups durs qui peuvent à tout moment rompre notre équilibre et affecter notre bien-être.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer