• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Espérance de vie allongée, mais avec des problèmes de santé 

Espérance de vie allongée, mais avec des problèmes de santé

Il est temps de revoir les priorités en... (Photo Photos.com)

Agrandir

Il est temps de revoir les priorités en matière de santé afin de «permettre aux gens de rester en bonne santé et d'éviter les maladies et pas seulement de les maintenir en vie jusqu'à un âge avancé», estiment les auteurs de l'étude.

Photo Photos.com

Partager

Agence France-Presse
Paris

Les êtres humains vivent aujourd'hui en moyenne dix ans de plus qu'en 1970, mais passent davantage de temps à combattre des maladies comme le cancer, selon un vaste rapport sur la santé dans le monde publié jeudi.

En 40 ans, de 1970 à 2010, l'espérance de vie à la naissance a augmenté de 11,1 ans pour les hommes et 12,1 pour les femmes dans le monde, selon la revue médicale britannique Lancet qui a regroupé des données obtenues sur 187 pays au total.

Mais en vivant plus vieux, les gens ne vivent pas forcément en bonne santé, avec des affections comme le cancer, les maladies cardiovasculaires ou le diabète en pleine explosion, note le rapport.

«Au cours des 20 dernières années, nous avons augmenté notre espérance de vie de 5 ans au total, dont seulement 4 ans en bonne santé», dit Josh Salomon de la Harvard School of Public Health, qui a participé au rapport.

Alors que le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires n'étaient incriminés que dans la moitié des décès en 1990, ils interviennent désormais dans les 2/3 des décès.

Le nombre des cancers a augmenté de 38% au total entre 1990 et 2010, passant de 5,8 millions à 8 millions au cours de cette période marquée par une diminution des morts dues aux maladies traditionnelles, comme les maladies transmissibles, la malnutrition et les problèmes liés à la grossesse et à l'accouchement (15,9 millions de décès en 1990 à 13,2 millions en 2010).

Le rapport relève également une forte augmentation des maladies chroniques comme les troubles mentaux ou les maladies squeletto-muscuculaires.

«Avec le vieillissement de la population et la baisse de la mortalité prématurée, le nombre de personnes qui vivent avec des handicaps chroniques à un âge donné augmente», a souligné pour sa part le principal responsable du rapport Christopher Murray lors d'une conférence de presse enregistrée.

«La santé ne consiste pas uniquement à éviter la mort», relèvent de leur côté Alain Lopez et Theo Voz, les auteurs d'une des études, qui soulignent qu'il est temps de revoir les priorités en matière de santé afin de «permettre aux gens de rester en bonne santé et d'éviter les maladies et pas seulement de les maintenir en vie jusqu'à un âge avancé».

Parmi les résultats encourageants du rapport figure une baisse de 60% des décès chez les enfants de moins de 5 ans qui sont passés de 16,4 millions en 1970 à 6,8 millions, en raison notamment d'une réduction de la malnutrition.

La situation reste toutefois préoccupante en Afrique sub-saharienne où l'espérance de vie des hommes a baissé de 1,3 an et celle des femmes de 0,8 an au cours des 40 dernières années principalement en raison de la pandémie du sida.

Au Botswana, en Afrique du sud, en Zambie et au Zimbabwe, les décès dans la tranche d'âge des 15 à 49 ans ont même augmenté de plus de 500% depuis 1970.

L'espérance de vie a également diminué au Belarus et en Ukraine, probablement à cause de l'alcoolisme.

Haïti se distingue par l'espérance de vie la plus basse (32,5 ans pour les hommes et 43,6 pour les femmes), alors que la plus élevée est détenue par les femmes japonaises (85,9 ans).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer