Bien dormir n'est pas un luxe

Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Mais tous n'ont pas le sommeil... (PHOTO FOURNIE PAR PHOTOS.COM)

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR PHOTOS.COM

Partager

Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Mais tous n'ont pas le sommeil réparateur dont ils ont besoin pour recharger leurs batteries! Les troubles du sommeil sont nombreux et répandus. L'insomnie, l'apnée du sommeil, le bruxisme et le syndrome des jambes sans repos n'en sont que quelques exemples.

Les ennemis du sommeil sont présents partout dans nos vies modernes: café, alcool, nicotine, stress, anxiété, horaires de travail atypiques, maladies, mauvaises habitudes, mauvaise alimentation, bruit, vieillissement, déséquilibres hormonaux, la liste est longue. Et mal dormir peut avoir de graves conséquences. En plus d'avoir des répercussions sur l'humeur, la fatigue et la somnolence entraînées par un sommeil de mauvaise qualité ou insuffisant augmentent les risques d'accidents, de maladies et d'absentéisme au travail. Elles nuisent également à la productivité, entre autres effets.

Selon Statistique Canada, plus de trois millions de Canadiens souffriraient d'insomnie. Au Québec seulement, cette dernière entraînerait des coûts directs et indirects de 6,6 milliards par an, selon une étude du Dr Charles Morin, directeur du Centre d'étude des troubles du sommeil de l'Université Laval publiée en 2009.

D'autre part, 3% des personnes âgées de 18 ans et plus souffrent d'apnée du sommeil, et cette proportion augmente à 5% chez les 45 ans et plus. Plus d'un adulte canadien sur quatre présente un risque élevé de faire de l'apnée du sommeil et les hommes de 50 ans et plus présentant un surplus de poids sont particulièrement à risque. Souvent, l'apnée du sommeil est associée à d'autres maladies, comme le diabète, l'hypertension, les maladies cardiaques, la dépression ou les troubles de l'humeur, et augmente les risques de les contracter.

Pour beaucoup de gens, les difficultés éprouvées pour dormir peuvent être résolues en changeant leurs habitudes de vie et en adoptant une hygiène de sommeil adéquate. Mais dans les cas plus graves, une aide médicale est nécessaire pour obtenir un diagnostic et trouver des solutions. Il sera peut-être alors nécessaire, pour ces personnes, de consulter des spécialistes du sommeil et de mener une étude de sommeil, ou polysomnographie, un examen complet en laboratoire qui permettra de savoir exactement ce qui trouble leurs nuits.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer